×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

11 septembre
Six milliards de dollars d’indemnisation

Par L'Economiste | Edition N°:1792 Le 17/06/2004 | Partager

LE Fonds d’indemnisation des victimes du 11 septembre 2001, mis en place par l’administration américaine, achève mardi 15 juin sa mission, qui aura permis de verser environ six milliards de dollars aux blessés et proches des disparus des attentats. Mardi à la mi-journée, le total versé était de près de 5,99 milliards de dollars, et devait passer à 6,9 milliards une fois les derniers dossiers bouclés, en fin de soirée, selon le ministère de la Justice, responsable du Fonds.En dépit des réticences premières ressenties par beaucoup, 98% des proches de disparus et des milliers de blessés avaient finalement déposé une demande auprès de l’organisme. Au total, 7.393 demandes, dont 2.963 émanant de proches des disparus, les autres venant des blessés, ont été étudiées. Moins du tiers ont depuis été déclarées irrecevables. Il s’agit de celles de blessés n’ayant pu fournir de preuves suffisantes, beaucoup faisant état de difficultés respiratoires. Selon le ministère de la Justice, l’indemnisation moyenne s’élève à deux millions de dollars pour les familles de personnes décédées (de 250.000 à 7,1 millions, selon les cas, en fonction des situations familiale, patrimoniale, âge, revenus virtuels de la victime si elle était encore en vie, etc.).Sur les 4.430 demandes émanant de blessés, 60% ont été jugées recevables et les indemnités vont de 500 dollars à 8,7 millions. De fait, les débuts du Fonds ne sont pas allés sans difficulté, et nombre de victimes ont mis du temps à y souscrire. Le fait qu’il impose de renoncer aux poursuites contre les sociétés impliquées dans le drame (compagnies aériennes, responsables des sites ou de sécurité aéroportuaire) a été une des causes d’hésitation. Le Fonds avait été créé par le Congrès quinze jours à peine après les attentats, pour empêcher des faillites majeures dans ces secteurs en raison des plaintes potentielles. Une centaine de victimes ont ainsi décidé de tenter la voie judiciaire, reprochant aux compagnies de n’avoir su prévenir les attaques. Les familles ont aussi été confrontées à la culpabilité, ou à la difficulté d’accepter ou de faire leur deuil. D’autres jugeaient les indemnités trop faibles, ou trouvaient insultant qu’elles soient calculées selon les revenus. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc