×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Enquête L’Economiste-Sunergia: 88% des Marocains approuvent les mesures sanitaires!

Par Nadia SALAH | Edition N°:5740 Le 14/04/2020 | Partager
Le confinement se passe «bien» et «plutôt bien»
Pas de grande différence d’une région à l’autre
Une petite bizarrerie dans le Tafilalet

C'est un plébiscite! A la question : «Pensez-vous que les mesures d’isolement sanitaires ont été prises à temps», la réponse moyenne est que 88% de gens contents! Rien à voir avec les contestations animant la scène européenne.

Une chose est claire, ceux qui vivent bien leur confinement, sont très largement majoritaires. Avec 1288 réponses valables, il n’y a aucun doute à avoir;  le confinement se passe «bien» ou «plutôt bien».

confinement-040.jpg

Une grande majorité de Marocains approuvent, avec des différences relativement faibles entre les différentes classes. On sait par ailleurs, toujours dans cette enquête L’Economiste-Sunergia que les petits revenus sont nettement plus gênés que les autres par les mesures d’isolement social

Le plus mauvais score est celui des habitants de Draa Tafilalet, qui sont quand même contents à 65% de leur sort. Autrement dit deux résidents sur trois sont contents. Pourtant, la province vient d’annoncer 100 millions de DH pour le secours aux indigents, le matériel de soin…

Pour les autres, quelle que soit la région, l’âge, les moyens financiers… le niveau de satisfaction moyen est donc autour d’un niveau rare de 88%! Est-ce un «niveau soviétique»? Grâce aux autres questions, on sait qu’il n’en est rien. L’observation est bonne : 88% des personnes interrogées approuvent le travail. 

Il n’y a qu’un seul précédent depuis que Sunergia et L’Economiste font des enquêtes: Le précédent était celui d’Abderrahmane El Youssoufi, l’année de sa nomination par le roi Hassan II. Les citoyens avaient très largement approuvé la stratégie du «vivre ensemble», qui serait tôt ou tard nécessaire avec la disparition de Hassan II.

covid-19-040.jpg

L’enquête montre une approbation très forte des choix stratégiques du Maroc. Il faut s’attendre néanmoins à ce que ce score baisse doucement dans les semaines à venir

Pour en revenir au virus, il n’y a pas, a priori de raison spéciale pour dans le Tafilalet, les gens soient moins satisfaits que les autres. Ce serait même le contraire: ils se montrent empressés à se laver les mains, ne redoutent pas trop les conséquences économiques…

Un bémol: Il faut dire, pour être parfaitement honnête, qu’il n’y a que 22 répondants dans cette région: un mauvais coucheur peut faire basculer le score à lui tout seul. Les choix faits par ses 22 personnes ont du sens. Simplement, on ne peut pas le cerner, car la marge d’erreur devient trop grande quand l’échantillon est trop petit. Seul le suivi de cette province nous dira la vérité sur son état d’esprit.

Une fois posée cette légère dissonance, il faut bien souligner que l’opinion majeure de cette région reste l’approbation des actions autour des mesures sanitaires. Retenons que les questionnaires ont été remplis après le confinement et avant les masques obligatoires.

Il n’empêche que ceux qui approuvent le plus les mesures gouvernementales, sont les personnes les plus âgées.  Notons que Sunergia continue de questionner et signale une baisse des scores, à l’heure où nous mettons sous presse. Peut-être faudrait-il un ajustement de la communication, passer à un mode plus en forme de dialogue. La diminution de la confiance est inévitable. Peut- être faut-il avoir la même stratégie que pour le corona, ralentir la hausse du mécontentement pour maintenir la discipline le plus longtemps.

Dans la moyenne de 88% de satisfaits, il y a bien sûr des petits écarts. On remarque ces écarts sont inférieurs à la marge de signification (la différence en plus et en moins autour du pourcentage, qui est, dirons-nous, floue). Le seul point où la différence est significative, c’est entre les personnes mariées, et le groupe des gens célibataires/divorcés/veufs. Difficile de trouver une raison.

Pour ceux qui aiment les détails piquants, les divorcés, veufs et célibataires sont plus confiants que les couples et familles.

Ceux qui n’aimaient pas le masque

La catégorie qui aime le moins cette situation d’enfermement est les jeunes adultes de 18 à 24 ans, pour 34% d’entre eux. Immédiatement derrière arrivent les 35-40 ans (28%) dans un mouchoir de poche avec les 25-34 ans.
Il y a évidemment une certaine correspondance entre le vécu du confinement et la situation matérielle, pour gagner sa vie. 94% des personnes qui moins de 2.000 DH sont dans une situation difficile (24%) à désastreuse (70%).
Un petit 6% , avec le même revenu soit moins de 2.000 DH, affirme qu’il n’y a pas ou pas beaucoup d’impact. L’enquête ne livre pas les métiers de ces personnes? Des livreurs, dont les employeurs font beaucoup de publicité (sauf dans les médias traditionnels)?
C’est aussi dans cette catégorie qu’on aime le moins les masques (NB: l’enquête a été faite juste avant l’obligation). Ce rejet montait à 68%, ce qui fait un score important.
Il faut prendre ces résultats avec prudence, car soulignons-le encore une fois, l’obligation de porter un masque pour sortir, est intervenue quelques heures après la clôture de cette enquête.

                                                                                   

Fiche technique

LA méthodologie employée pour cette enquête est inédite. C'est pour cette raison que Sunergia, le bureau d’études qui a réalisé l’enquête, insiste pour que soient soulignées les principales différences méthodologiques avec les sondages dont nous avons l’habitude.

C’est une enquête 100% web et auto-administrée. C’est à dire que les enquêtés ont rempli eux-mêmes les questionnaires. L’échantillon est constitué de 1.288 répondants qui ont accepté de répondre au questionnaire soumis au hasard à plus de 200.000 utilisateurs de réseaux sociaux résidant au Maroc.

Ces internautes sont davantage connectés, urbains, éduqués et possèdent des revenus supérieurs à la moyenne marocaine. En ce qui concerne l'âge, les régions, et l’opérateur mobile principal, la structure de l'échantillon est assez proche des derniers recensements HCP et observatoire ANRT.

À la lecture de ces résultats, il faut donc garder en tête qu’ils ne sont pas représentatifs de la population marocaine dans son ensemble en raison de ces différences. Malgré tout, la taille confortable de l’échantillon rend tout de même intéressante l’analyse de ces chiffres.

L’échantillon compte 1.288 personnes ayant répondu à nos questions. Il compte 853 hommes et 429 femmes (voir ci-dessus). Ils sont répartis à 25% chacune pour les deux grandes régions, Nord-est et Sud, pour 50% habitant le Centre. L’enquête s’est déroulée du 2 au 5 avril 2020.

Par tranches d’âge, l’échantillon compte:
- Moins de 18 ans, 1% (non significatif)
- de 18 à 24 ans, 15%
-de 25 à 34 ans, 26%
-de 35 à 44 ans, 22%
-de 45 à 54 ans, 16%
-de 55 à 64 ans, 13%
-plus de 65 ans, 6% (marge d’erreur à plus ou moins 11%)

Tranches de revenu:
-15% gagne moins de 2.000DH ;
-23% de 2.000 à 4.00 DH ;
-15% entre 4.000 et 6.000 DH
-23% entre6.000 et 12.000 DH
-24% gagne plus de 12.000 DH

Situation matrimoniale:
Les veufs ou divorcés comptent pour 7% (donc une marge d’erreur comprise entre + ou- 9 à 10%) ; les célibataires sont 39% et les mariés, 53%. Et enfin, 53% ont des enfants mineurs à la maison.

 

 

 

N.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc