×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Finances publiques: L’heure des premiers bilans

Par Franck FAGNON | Edition N°:5740 Le 14/04/2020 | Partager
Le ministre des Finances pré­sente ce mardi 14 avril les agré­gats économiques
Les hypothèses de base de la loi de finances sont intenables
La ruée vers les placements-refuge pourrait détendre le coût d’emprunt du Trésor

La croissance ne dépassera pas 2% cette année pour les plus opti­mistes. L’ensemble des prévision­nistes ont abaissé leurs pronostics par rapport aux premières antici­pations. La pandémie du coronavi­rus est passée par là. Si le HCP, le Centre marocain de conjoncture ou encore les agences de notation Moody’s et S&P ont déjà livré leurs prévisions, le gouvernement n’a pas encore dévoilé ses projections.

Le ministère des Finances devrait don­ner quelques indications ce mardi 14 avril au cours de la réunion du Comité de veille économique. La présentation des agrégats écono­miques, sectoriels et financiers fi­gure à l’ordre du jour.

finaces-publiques-040.jpg

La crise va obliger le Trésor à revoir profondément sa feuille de route pour 2020. Toutefois, une augmentation des levées n’entraînerait pas une surchauffe des taux dans la mesure où les incertitudes autour de l’économie poussent les investisseurs vers des actifs sûrs. Ce qui devrait détendre le coût d’emprunt du Trésor

Jusqu’ici, l’option d’une loi de finances rectificative est écartée. Mais la situation économique se dé­tériore plus que prévu, cela pourrait contraindre le gouvernement à l’en­visager. Pour certains observateurs, une loi de finances rectificative est inévitable. Toutefois, l’exercice est très laborieux en raison de la diffi­culté à chiffrer l’impact du choc, re­connaissent-ils. La durée de la crise reste aussi une grande inconnue et complique toute prévision.

Avec la décélération de la crois­sance et le climat des affaires, le déficit budgétaire à 3,5% du PIB prévu par la loi de finances n’est plus tenable. S&P et Moody’s prévoient respectivement 5,2% et 4,4%. Les dons au Fonds Covid-19 vont permettre d’amortir le choc mais le Trésor pourrait tout de même être très actif sur le marché domestique et à l’international pour financer le déficit.

«Le déséquilibre des finances publiques induit par le contexte interne et externe va nécessiter des efforts de régulation qui se feront notamment à travers le ralentissement du plan d’exécu­tion des investissements, un recours plus important à l’endettement et une multiplication des opérations d’échanges de titres», estiment les analystes de CDG Capital Re­search. Le gouvernement s’est pré­servé plus de marge de manoeuvre en matière de levée de fonds à l’extérieur en faisant sauter le pla­fond prévu dans la loi de finances.

Mais, une grande partie de la mobi­lisation de ressources s’effectuera sur le marché domestique avec le risque de voir le coût de la dette du Trésor augmenter. Cependant, le contexte pourrait être un allié dans la mesure où l’incertitude pousse­rait les investisseurs vers les place­ments-refuge. Ce scénario profite­rait au Trésor qui verrait le coût de ses emprunts baisser. «L’instabilité de l’économie nationale devrait abaisser l’intérêt des opérateurs pour les placements en actions et immobilier», observe CDG Capital Research.

Le mouvement baissier pourrait s’accentuer en cas de nou­velle manipulation du taux direc­teur. En mars dernier, Bank Al-Ma­ghrib avait réduit le taux directeur de 0,5 point pour le ramener à 2%. Toute nouvelle action de ce type renforcerait le scénario de baisse des taux obligataires, analyse la banque d’affaires.

F.Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc