×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les Bourses africaines clôturent une année morose

Par Franck FAGNON | Edition N°:5661 Le 24/12/2019 | Partager
Mais les indices vedettes des grands marchés dont le Maroc finissent dans le vert
Le Masi affiche une hausse supérieure à 7%
bourse-061.jpg

L’année a été globalement favorable pour les Bourses mondiales, en témoignent les performances du MSCI ACWI et du baromètre des marchés émergents

A six séances de la fin de l’année, le Masi affiche un gain de 7,44%. Sauf retournement de situation spectaculaire, l’indice vedette du marché devrait clôturer l’année en territoire positif. La deuxième moitié de l’année aura été plus propice pour le marché actions. Le Masi avait clôturé le premier semestre sur une baisse annuelle de 0,54%.

A court terme, les arbitrages en faveur de la Bourse devrait se poursuivre. La confiance des investisseurs est remontée dans la phase d’assurance selon les résultats du dernier sondage de Attijari Global Research. L’indice s’est établi à 51,9 points à fin octobre contre 48,3 points en avril dernier. «Le franchissement de la barre des 50 points anticipe généralement une évolution positive du Masi durant la période suivante», font remarquer les analystes d’AGR.

Par ailleurs, 43% des investisseurs anticipent une amélioration des transactions sur le marché sur les trois prochains mois. Si la moitié des investisseurs anticipent une cuvée mitigée pour les résultats annuels 2019, la persistance des taux bas sur le marché obligataire devrait se traduire par une augmentation des allocations en faveur de la Bourse.

Cependant, en l’état actuel, le marché actions n’est pas suffisamment attractif pour attirer plus de capitaux, notamment l’épargne des ménages. Le plan épargne actions (PEA) vient d’être réaménagé avec le relèvement du plafond de 600.000 DH à 2 millions de DH.

Reste à savoir si cette amélioration apportée au produit est suffisante  pour favoriser son décollage. Globalement, les transactions quotidiennes sont inférieures à leur niveau de 2018. En moyenne, 117 millions de DH ont été échangés par séance depuis le début de l’année contre 150 millions de DH en 2018.

Si le Masi retrouve des couleurs, la cuvée 2019 s’annonce mitigée pour les principales Bourses africaines. Les baromètres des marchés de Johannesburg, du Caire et de Nairobi devraient clôturer l’année dans le vert. En revanche, le Nigeria Stock Exchange All Share enregistre une baisse supérieure à 15% et l’indice BRVM-Composite une perte annuelle de plus de 16%. De façon générale, l’année a été favorable pour les marchés actions mondiaux.

L’indice MSCI ACWI affiche au compteur une hausse confortable de 23%.  L’indicateur des marchés frontières dans lequel figure le Maroc, lui, enregistre une hausse de près de 12% depuis le début de l’année et l’indicateur des marchés émergents une croissance de 14,6%.

F.Fa
 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc