×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Maroc-Chine: Comment relancer les échanges

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5661 Le 24/12/2019 | Partager
La nouvelle route de la soie, une plateforme pour renforcer la coopération des deux pays
Infrastructures, IDE, tourisme… des secteurs offrant un grand potentiel d’échanges
De plus en plus de Marocains poursuivent leurs études en Chine
zhai-jun-061.jpg

Pour Zhai Jun, envoyé spécial de la Chine pour les affaires du Moyen-Orient, les relations avec le Maroc ont connu un sursaut, mais les échanges économiques et commerciaux restent en deçà de la qualité des liens politiques entre les deux pays (Ph. Bziouat)

En relançant la fameuse route de la soie, la Chine a confirmé ses ambitions mondiales. Ce pays, très présent en Afrique, veut également renforcer son partenariat avec le Maroc. C’est ce qui ressort de la conférence tenue par Zhai Jun, envoyé spécial de la Chine pour les affaires du Moyen-Orient, la semaine dernière à Rabat, à l’issue du Forum de coopération sino-arabe.

Pour lui, les relations entre Rabat et Pékin ont connu «un sursaut» ces dernières années, notamment après la visite officielle du Roi à la Chine. Mais «la coopération économique et commerciale reste en deçà des attentes et de la qualité des relations politiques entre les deux pays», a-t-il expliqué. Aujourd’hui, le nouveau méga-chantier de la route de la soie, «une ceinture, une route», constitue une plateforme favorisant la relance des échanges économiques entre les deux pays, selon Jun.

Les responsables marocains et chinois devront initier des réflexions pour identifier les domaines de coopération. Il a mis l’accent particulièrement sur les secteurs des infrastructures, de l’industrie, en plus des investissements directs (IDE). Le tourisme constitue également un secteur qui offre de grandes opportunités de partenariat. Le marché chinois constitue actuellement l’une des priorités des responsables du tourisme au Maroc.

Sur ce point, l’envoyé spécial pour les affaires du Moyen-Orient a mis l’accent sur l’importance de la décision du Maroc de dispenser les citoyens chinois de la procédure de visa. «C’est une mesure susceptible de les encourager à se rendre en grand nombre, notamment avec le lancement de liaisons aériennes directes», a-t-il affirmé.

L’enseignement figure également parmi les sujets de partenariat. Jun a rappelé la décision du gouvernement de son pays d’accorder des dizaines de bourses au profit d’étudiants marocains. Ceux-ci choisissent de plus en plus de poursuivre leurs études supérieures en Chine.

Au-delà des relations avec le Maroc, Pékin veut également renforcer son partenariat avec les autres pays arabes. Zhai Jun a appelé à donner un coup de fouet aux échanges économiques, commerciaux et culturels. Il a insisté sur certains principes qui régissent la relation de la Chine avec cette région.

C’est le cas particulièrement de la non-intervention dans les affaires intérieures des Etats, et l’appui à la lutte contre les différentes formes d’extrémisme. La déclaration finale de ce forum  a prévu de se pencher sur l’examen de la possibilité de mettre en place une institution sino-arabe de promotion du pluralisme culturel.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc