×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Enseignement supérieur: Les pays arabes fâchés avec le e-learning

    Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5637 Le 20/11/2019 | Partager
    Seulement 3 pays ont déjà accordé des accréditations à des cursus à distance
    Quasi-absence de référentiels pour le digital!
    Les constats d’une étude qui a touché 16 pays de la région Mena
    equivalence-diplome-en-ligne-037.jpg

    Seulement le tiers des agences d’évaluation et d’assurance qualité arabes possèdent des standards spécifiques aux programmes d’enseignement à distance. Uniquement deux les utilisent concrètement. Seuls 20% des pays accordent l’équivalence aux diplômes d’études réalisées à 100% en ligne. Cette part monte à 50% quand il s’agit de cursus effectués partiellement sur internet. Lorsque la part des apprentissages électroniques dépasse 50%, l’équivalence est refusée

    Mêmes préoccupations, mêmes contraintes, à quelques exceptions près. Mise en œuvre des stratégies de réforme, digitalisation, formation des professeurs universitaires, décrochage, innovation, compétences du 21e siècle, intelligence artificielle, recherche… En matière d’enseignement supérieur, les pays arabes font face aux mêmes défis.

    Réunis à Rabat, du 12 au 14 novembre, les représentants du réseau arabe d’agences d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur ont exposé leurs visions des enjeux du secteur. Un exercice peu courant, puisque les échanges universitaires au sein de la région Mena restent limités, malgré les opportunités considérables de partage d’expérience et de co-création de projets.

    La rencontre, organisée par l’Agence nationale d’évaluation et d’assurance qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Aneaq), a été l’occasion de présenter les résultats d’une enquête autour de «l’assurance qualité à l’ère du digital dans la région arabe». Les constats de cette étude, qui a touché 16 pays, sont édifiants.

    A aujourd’hui, seulement trois agences ont déjà octroyé des accréditations à des programmes en e-learning (voir illustration), et deux ont accrédité des institutions spécialisées en e-learning. Les autres n’accordent-ils toujours pas de crédit aux contenus on-line?

    «Il ne s’agit pas vraiment d’une question de confiance, mais de disponibilité des référentiels d’accréditation pour ces programmes. Uniquement deux pays de la région possèdent des standards de qualité pour l’enseignement digital», explique Nadia Badrawi, experte internationale en assurance qualité et accréditations, co-fondatrice et vice-présidente du réseau arabe d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur.

    Pour l’experte, qui a piloté l’enquête, les pays arabes accusent un déficit considérable dans le domaine. «Les Etats n’offrent pas toujours l’équivalence aux diplômes effectués à distance. Quand le blended learning (entre présentiel et à distance) dépasse 50% des programmes, les instances étatiques refusent de les accréditer», ajoute Badrawi. Et surprise, 80% des agences ne connaissent pas les MOOC (Massive open online courses).

    Curieux pour des experts de la qualité dans l’enseignement supérieur... «Au niveau du réseau, nous souhaitons assister les agences nationales à intégrer le numérique et à échanger leurs bonnes pratiques. Les pays les plus avancés dans le domaine, les Emirats arabes unis, et dans une moindre mesure l’Egypte, le Bahreïn et le Maroc, qui ont cumulé des expériences intéressantes, pourraient être les pilotes de cette action», recommande l’experte internationale.

    progremme-accredite-regions-037.jpg

    Deux pays ont déjà accrédité des institutions de e-learning: Les Emirats arabe unis et la Palestine. Ces pays, avec la Jordanie, sont également les seuls à avoir déjà accrédité des programmes de e-learning, soit trois programmes au total

    Des sites internet rarement actualisés

    L’enquête s’est également intéressée aux sites internet des agences d’évaluation et d’assurance qualité arabes. Là encore, le retard est patent. La majorité (80%) possède un site électronique, néanmoins, les plateformes ne sont pas toujours actualisées. Seule la moitié procède à des mises à jour tous les 3 ou 6 mois.

    Par ailleurs, 36% n’utilisent aucun système de sécurité. «Ceci est dangereux, car les sites collectent des quantités considérables de data», estime Nadia Badrawi. Près du tiers n’exploitent pas du tout les data récoltées pour la réalisation d’études ou de recherches.

    Les sites, dont 40% sont monolingues, ne sont en outre pas souvent employés dans les processus d’évaluation et d’assurance qualité menés par les agences. Pour communiquer avec les universités et établissements de l’enseignement supérieur, et même entre elles, les équipes des agences recourent le plus souvent à des e-mails ou à des appels téléphoniques, ou encore au face à face.

    A l’ère de la révolution digitale, difficile de faire fi de l’usage des technologies dans le processus d’apprentissage. Les agences gagneraient à revoir leurs référentiels rapidement afin de permettre la modernisation des systèmes d’enseignement.

    Assurance qualité: Une activité récente

    L’assurance qualité dans l’enseignement supérieur est une activité relativement récente à l’international (début des années 2000). Dans la région Mena, les premiers organismes étatiques spécialisés se sont rapprochés en 2007 pour créer un réseau arabe. Quatre pays se sont d’abord réunis: Les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Egypte et la Jordanie. Le nombre d’agences n’a cessé d’augmenter pour atteindre 16 aujourd’hui. L’agence marocaine (Aneaq) a rejoint le mouvement en 2016. Le réseau prévoit d’intégrer deux nouveaux pays dans les prochains mois, l’Algérie et l’Irak.

    Ahlam NAZIH

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc