×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Ecosystème automobile: Des subventions pour doper les implantations

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5637 Le 20/11/2019 | Partager
    Accompagnement financier et pour la formation du personnel
    Un fonds de développement industriel d’une valeur de 2 milliards de DH

    L’automobile qui était un secteur «normal», pas très bien classé dans l’industrie marocaine, est depuis trois ans leader des exportations et leader de la création d’emplois. Une situation à laquelle les opérateurs Renault et PSA ont fortement contribué. A côté de ces constructeurs, il y a des projets qui se développent au quotidien.

    Pour les assister, les équipes du ministère de l’Industrie ont modifié la démarche en travaillant sur les écosystèmes. «Nous étudions, par exemple, le design moteur pour voir ce qu'il nous faudrait pour en fabriquer un à 100% au Maroc. Dès lors, nous allons à la rencontre des 2 ou 3 meilleurs fabricants au monde de ces pièces manquantes, nous les démarchons pour qu'ils viennent s'installer au Maroc», confie Moulay Hafid Elalamy.

    Evidemment, les opérateurs ont besoin d’outils d’accompagnement et de moyens. A ce titre, le Maroc a créé un fonds de développement industriel, d’une enveloppe de 2 milliards d’euros, dédié à l’accompagnent des opérateurs. «Lorsque nous voulons qu’un investisseur complète nos écosystèmes, nous décidons de l’accompagner aussi financièrement», explique MHE, qui ajoute que la même démarche est effectuée au niveau de la formation de son personnel.

    Pour rappel, les professionnels sont impliqués dans les structures de formation de l’Etat, notamment dans les branches automobile, aéronautique et textile. Ils participent à la sélection des candidats à former, élaborent les programmes de formation, offrent des stages et embauchent, à la fin du cursus, les lauréats, avec un taux d’intégration de plus de 96%.

    «Bref, nous avons une main-d’œuvre avec une qualité au top niveau… et c’est ce qui fait que le Maroc est catalogué par Boeing, Airbus et Bombardier comme un des meilleurs sites de production», explique Elalamy. Pour ces grands groupes, le Maroc présente une «valeur sûre» et surtout un pays stable.

    Si la stabilité politique fait partie de l’ADN du Royaume, elle constitue un véritable atout au regard de ce qui se passe ailleurs. A ce propos, les agences américaines de rating ont catalogué le Maroc comme étant l’un des pays les plus sûrs au monde, au même niveau que les Etats-Unis. «Nous sommes un pays stable et sécuritaire où la situation est intéressante pour l’investissement», affirme le ministre.

    Six entreprises italiennes déjà sur place

    Le ministre de l'Industrie a tenu à saluer la perspicacité et l'efficacité des opérateurs italiens qui ont déjà investi dans le secteur automobile au Maroc. Il s’agit notamment de Magneti Marelli, Alpha Goma, Proma Industrie, ProMaghreb, Sogefi et MTA qui se sont installés dans le cadre des écosystèmes. Mais il ne s'agit que de 6 entreprises spécialisées qui opèrent  dans ce secteur, sur les 250 qui ont élu domicile au Maroc. "Il n’y a pas de raison à ce que l’Italie, qui est un pays à histoire automobile, et où les plus belles voitures au monde et les plus fameuses y sont fabriquées, ne fasse pas partie des grands partenaires de l’écosystème automobile au Maroc. «Notre histoire commune ne peut pas se résumer à 6 entreprises sur 250», regrette le ministre.

    Y.S.A

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc