×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Stations thermales: Pourquoi le Maroc rate le coche

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5626 Le 31/10/2019 | Partager
    Avec ses 50 sites, l’Oriental, qui peut devenir le fief du thermalisme, victime de négligence
    Les 15 exploités sont en mauvais état et ressemblent plus à des souks du dimanche
    Pourtant leurs vertus médicinales ne sont plus à prouver
    stations-thermales-026.jpg

    L’Oriental compte plus de 50 sources thermo-minérales mais seulement 15 sont classées à fort potentiel promotionnel et nécessitent de réelles approches de valorisation

    L’Oriental qui regorge de sources thermales et thermo-minérales pourrait idéalement devenir la capitale du spa et des cures de bien-être du Maroc. Pourrait, idéalement... En effet, si aujourd’hui, la région compte une cinquantaine de sources, à peine une quinzaine de sites disposent d’un potentiel de développement socioéconomique.

    Certaines sont connues sur le plan local, toutefois, elles restent mal exploitées, voire totalement négligées. Celles de Sidi Chafi et Gtitir, délaissées, se tarissent. Quant à Tafrant, Guafayet et Ras Laksar, elles, souffrent d’absence d’infrastructures de base. Rares sont celles qui sont valorisées localement, comme Fezouane et Benkchour, et rares (voire aucune) sont celles dont la notoriété dépasse les frontières.

    Le thermalisme, qui représente une véritable manne, peut être conçu comme un choix stratégique pour une région qui cherche à faire du tourisme un de ses moteurs de développement. «À un moment où le balnéaire, peine, à lui seul, à répondre aux multiples attentes du secteur, l’offre du tourisme de niche s’avère indispensable pour diversifier les revenus aux populations locales et prolonger la saisonnalité», explique à L’Économiste Mohammed Brahimi, professionnel du tourisme.

    De plus, les stations thermales sont de plus en plus prisées pour leurs bienfaits médicinaux et apports en matière de valorisation des territoires. Elles constituent une opportunité économique pour la diversification de l’offre et assurent une activité touristique permanente.

    stations-thermales-2-026.jpg

    Toutes les provinces de l’Oriental sont réputées pour la qualité de leurs eaux souterraines. Ce qui nécessite de réelles politiques de valorisation de ce patrimoine hydrique

    Toutefois, elles ont besoin d’une protection juridique pour éviter toute exploitation anarchique. C’est l’appel lancé par l’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya (ABHM) qui a réalisé une étude d’évaluation des potentialités thermo-minérales de l’Oriental. Elle a ainsi réalisé des fiches techniques détaillées des différents points d’eau, pour orienter les éventuels investisseurs et marketer la minéralisation de ces eaux et leurs propriétés anti-inflammatoires et antalgiques.

    Tout en vantant les atouts de ces stations, l’étude de l’ABHM préconise le renforcement de l’infrastructure qui reste rudimentaire: douches thermales traditionnelles, locaux délabrés, sites sans liaisons permanentes par autocars aux grandes villes de la région, et surtout sans structures d’accueil pour de courts ou moyens séjours.

    La majorité des stations thermales de l’Oriental ne disposent pas d’aires de repos, de jeux, de stationnement ou d’animation. L’étude suggère la construction de petits complexes touristiques, bungalows, restaurants et boutiques exposant les produits du terroir qui seraient bénéfiques pour la destination. «Il serait aussi souhaitable de développer des outils d’information et de communication pour promouvoir ces destinations».

    C’est ce qui ressort d’une journée d’étude, tenue la semaine dernière et pilotée par la province de Berkane. Une tâche à laquelle s’attelle également la faculté des sciences de l’Université Mohammed Premier d’Oujda qui a recensé 51 sources thermo-minérales au niveau de la région et préconise la création d’une filière thermale au niveau de l’Oriental pour tirer meilleur profit des différentes nappes thermales.

    Un allié naturel pour la santé

    Qualifiées de naturelles ou thermales, ces eaux proviennent de sources reconnues pour leurs teneurs en compositions physico-chimiques constantes dans le temps et riches en minéraux. Elles sont également enrichies de sels minéraux et d’oligo-éléments. Cette composition leur confère un intérêt particulier dans le cadre des orientations de valorisations des territoires concernés et de médecines douces et alternatives. De fait, il existe une relation entre les structures géologiques, la composition chimique des eaux minérales et leurs orientations thérapeutiques.
    Classées en fonction de leurs apports en température et de leurs profils physico-chimiques, ces eaux ont des vertus reconnues. À ces richesses s’ajoute la dimension du Silver tourisme, considérée comme l’une des plus influentes de l’économie des loisirs. De plus, le marché qui cible l’offre thermale est en plein essor et bénéficie de multiples soutiens des acteurs publics, des centres de recherche et du privé.

    Ali KHARROUBI
     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc