×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Enseignement-Œuvres sociales: 2,7 milliards de DH pour les nouveaux chantiers

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5603 Le 30/09/2019 | Partager
    Construction de centres hospitaliers pour les enseignants
    220 dossiers d’aide au logement validés en un mois
    Une convention avec Al Omrane pour l’assistance technique

    La Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation, présidée par Youssef El Bakkali, a tenu son comité directeur jeudi dernier. Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour. Le premier a concerné le plan d’action de la Fondation dans le domaine de la santé. Il s’agit d’un  projet très ambitieux, qui nécessite un investissement de 2,7 milliards de DH.

    Ce projet comporte trois composantes dont l’une a trait à la mise en place d’unités mobiles dans les régions lointaines. La deuxième composante porte sur la construction de centres hospitaliers du jour. La dernière composante vise la construction de grand hôpitaux.

    «Le comité directeur a pu s’informer de l’étude de marché, avec toutes les données comportant les tendances des pathologies fréquentes dans les rangs de la population des enseignants», a soutenu le président lors d’une conférence de presse donnée jeudi.

    Cette étude a pris également en compte le programme du ministère de la Santé d’ici 2030, avec les zones où des hôpitaux et des CHU seront implantés. Il s’agit d’identifier toutes les données et les ressources humaines pour pouvoir déterminer la nature des structures à construire, dit-il. 

    Les membres du comité directeur de la Fondation ont approuvé ce point à l’unanimité, sachant que le 2e point à l’ordre du jour concerne l’amendement de la loi. Il s’agit d’introduire une disposition qui donne la possibilité à la Fondation de créer une entité pour la gestion de ces centres de santé. L’amendement sera officiellement soumis au ministre de la Santé pour qu’il le présente au Parlement pour adoption.

    Sur la situation financière, le président est catégorique: «la Fondation a zéro dirham comme endettement». Sa structure ne fait donc pas appel à l’emprunt pour financer ses projets. Ses propres ressources sont essentiellement composées de la part patronale correspondant à 2% de la masse salariale des enseignants, versée par le budget de l’Etat. Cela représente 900 millions de DH chaque année.

    A cela s’ajoutent 30 millions de DH en provenance des cotisations des adhérents. La Fondation a lancé depuis le 1er septembre un nouveau programme d’aide au logement au profit du personnel public de l’éducation-formation. Ce dispositif, baptisé Imtilak, remplace le mécanisme Fogalef initié par la Fondation en 2003. Il propose une offre diversifiée de formules d’aide au financement et intègre pour la première fois le financement participatif, très sollicité par la famille des enseignants.

    En moins d’un mois, plus de 220 dossiers de crédits ont été validés, dont 106 demandes sont relatives au financement participatif, a noté le président de la Fondation. En tout cas, ce programme vise à appuyer une nouvelle tranche de 100.000 adhérents d’ici 2028, pour acquérir ou construire leur logement principal. Ainsi, les adhérents de la Fondation peuvent désormais bénéficier au choix d’un crédit habitat de 300.000 DH pour un taux d’intérêt allant de 2,20% à 2,25%.

    C’est la Fondation qui prend en charge les deux points restants. Ou bien d’un crédit immobilier de 150.000 DH, totalement subventionné par la Fondation. L’adhérent est ainsi exonéré du taux d’intérêt. Il peut s’il le souhaite bénéficier d’une aide forfaitaire non remboursable de 40.000 DH, adossée à un financement classique ou participatif pour l’acquisition d’un logement. Cette aide est destinée à compléter l’apport financier personnel de l’adhérent ou à couvrir les charges annexes à l’achat ou à la construction de son logement.

    La mise en œuvre du programme Imtilak sera déployée par les banques partenaires qui sont aujourd’hui au nombre de 16 (9 banques classiques et 7 banques et fenêtres participatives). Ce programme connaît un grand engouement auprès des adhérents.

    Selon le président, l’aide au financement d’un logement principal pour le personnel éducatif s’accompagne d’autres mesures destinées à faciliter l’accès à la propriété. Il s’agit notamment de la construction d’ensembles résidentiels, conçus selon les normes architecturales et urbanistiques réglementaires et mis à la disposition des adhérents au coût de revient. En plus, la Fondation signe des conventions avec des promoteurs immobiliers nationaux publics et privés.

    Le but est de permettre à ses adhérents de bénéficier de réductions allant jusqu’à 10% du prix public de vente. A cela s’ajoute l’organisation de salons régionaux destinés à favoriser la rencontre entre les adhérents et les professionnels du secteur comme notamment les promoteurs, les banquiers et les assureurs. La Fondation a conclu une convention de partenariat avec le groupe Al Omrane pour l’assistance technique à la création de coopératives d’habitat.

    Réductions sur Al Boraq

    La Fondation est aux petits soins pour les enseignants. Ainsi, elle a signé une nouvelle convention avec l’ONCF en novembre dernier. L’objectif est de renforcer l’offre de services au profit des adhérents, les conjoints et les enfants. En plus d’une réduction de 30% sur les déplacements  par train, la nouvelle convention comprend de nouveaux avantages. Il s’agit par exemple de l’intégration d’une réduction sur les trains Al Boraq, l’extension de cette réduction à tous les trains grandes lignes et l’augmentation de l’âge des enfants bénéficiaires de 18 à 21 ans. Rappelons que le coût annuel de la subvention est estimé à 15 millions de DH. Cela représente 13 millions de voyages subventionnés par an.

    Fogalef en chiffres

    • 106.361 bénéficiaires répartis sur toutes les régions du Maroc.
    • 40% des crédits octroyés par la Banque Populaire.
    • 29 milliards de DH contractés.
    • 2 milliards de DH versés par la Fondation aux banques.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc