×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L’Education nationale toujours aussi budgétivore

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5598 Le 23/09/2019 | Partager
    10 milliards de DH par an pour la mise en œuvre de la loi-cadre
    Recrutement de 15.000 enseignants contractuels en 2020
    réforme de 6 lois et publication de 78 décrets et 80 arrêtés

    Saaid Amzazi est catégorique. La mise en œuvre de la loi-cadre relative à l’enseignement, promulguée en août, n’a pas encore démarré. Son ministère ne dispose pas encore des moyens nécessaires pour lancer l’exécution de ses dispositions, particulièrement l’enseignement des matières scientifiques et techniques dans les langues étrangères.

    Le ministre de l’Education nationale a fait cette annonce lors d’une conférence de presse vendredi dernier, pour affirmer que «la loi nous a apporté une donnée importante qu’est la progressivité». Ce texte lui accorde donc un délai de 6 ans pour construire un «modèle de réussite sous la condition que les enseignants maîtrisent l’enseignement des matières scientifiques en langues étrangères».

    En effet, un programme de formation des enseignants dans les matières non linguistiques que sont les SVT, la physique, la chimie et les mathématiques, a été lancé l’année dernière. Pas moins de 3.800 enseignants ont été formés dans la langue française. Tout de suite, et à l’initiative des AREF, la formation des professeurs en anglais a démarré. Ils vont enseigner ces matières scientifiques et techniques dans cette langue.

    L’objectif du ministre est de construire un modèle solide, voué à la réussite. «Alors comment croire que nous voulons généraliser ce modèle alors que nous n’avons pas les moyens suffisants pour le mener à bon port », s’est interrogé Saaid Amzazi. Il précise que «les manuels scolaires dans les sciences en langues étrangères ne sont pas encore disponibles. Nous y travaillons».

    Le ministre a rappelé qu’au cours de cette rentrée scolaire, deux initiatives personnelles pour enseigner ces matières dans les langues étrangères ont émané des directions provinciales d’Essaouira et de Marrakech. Immédiatement, l’opération a été stoppée et les dossiers retirés. Car, les conditions minimales pour faire aboutir ce projet ne sont pas encore réunies, dit-il.

    Pour l’année qui arrive, le ministre est optimiste quant aux efforts que le gouvernement consacrera à son département. Déjà, il a annoncé qu’il aura 15.000 postes budgétaires pour le recrutement d’enseignants contractuels par les AREF. Quant au budget pour la mise en œuvre de la loi-cadre relatif à l’enseignement, il est estimé à 10 milliards de DH chaque année. Il reconnaît que «l’effort budgétaire du gouvernement est très conséquent».

    L’année dernière, le ministère a obtenu 5 milliards additionnels pour atteindre la coquette somme de 68 milliards de DH. «Je fais remarquer que depuis 2006 à aujourd’hui, nous sommes passés de 38 à 68 milliards de DH, soit 30 milliards de DH en plus en 13 ans. C’est l’un des rares départements à bénéficier d’une augmentation budgétaire régulière», indique le ministre. Pour rappel, la mise en œuvre de la loi-cadre fait intervenir d’autres départements que le ministère de l’Education nationale. Les collectivités territoriales sont impliquées, à travers l’Intérieur.

    Par ailleurs, la mise en œuvre de la loi-cadre relative à l’enseignement suppose un programme législatif. Il s’agit de réformer 6 lois, qui seront présentées devant le conseil de gouvernement pour approbation avant de les transférer au Parlement pour examen et adoption. Sur les 6 textes à revoir, l’un porte sur l’enseignement obligatoire, un autre sur la réorganisation de l’enseignement supérieur.

    La réorganisation des Académies régionales d’éducation et formation (AREF) est également concernée. La loi 07-00, qui leur octroie l’autonomie administrative et financière, sera également retoquée. Si elles ont démarré en 2003, elles bénéficient aujourd’hui d’une large autonomie d’exécution dans plusieurs fonctions.

    «Dans le cadre de déconcentration, nous sommes encore en train de déléguer aux AREF, les dernières prérogatives dont dispose encore le ministère. L’objectif est de leur octroyer toute l’autonomie», a noté le ministre.

    Ce travail législatif sera complété par la publication prochaine de 78 décrets et quelques 80 arrêtés. Le premier décret qui sera adopté jeudi prochain porte sur la création de la Commission de suivi de la mise en œuvre de la loi-cadre, présidée par le chef du gouvernement et composée d’une quinzaine de départements ministériels concernés.

    « A partir de ce moment-là, nous allons prioriser les projets dont notamment le chantier pédagogique ». Il consistera dans la mise en œuvre de la commission nationale des curricula et des programmes. L’objectif est de se pencher sur l’intégration des différentes pédagogies dans le livre scolaire.

    Le préscolaire en marche

    Dans la réalisation du programme préscolaire, le ministère a dépassé les prévisions. L’objectif de construire 4.000 classes dans le préscolaire a été largement atteint au point de réaliser 5.833 classes, soit 1.833 en plus. Ce record a été possible grâce à la contribution des partenaires. Au cours de l’année écoulée, pas moins de 100.672 enfants supplémentaires ont été inscrits.
    Le ministère table sur l’inscription de 120.000 enfants au cours de 2019-2020. En vue d’améliorer la qualité de cet enseignement, un nouveau cadre avec la publication de mallettes pédagogiques comportant 23 guides pour l’amélioration de la qualité d’enseignement dans le préscolaire. Ce dispositif est renforcé par la formation de 11.138 éducatrices l’année écoulée et de 20.000 au cours de 2019-2020.

    Chiffres-clés

    Total des effectifs dans l’enseignement: 9,898 millions
    Elèves: 8,208 millions
    Etudiants: 1,010 million
    Stagiaires de la formation professionnelle: 680.000

    M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc