×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les propositions de Macron pour l’UE

    Par L'Economiste | Edition N°:5468 Le 07/03/2019 | Partager
    Remettre à plat l'espace Schengen, banque du climat, salaire minimum…

    Dans une tribune diffusée dans les 28 pays membres et adressée aux citoyens du continent, Emmanuel Macron a décliné une batterie de propositions pour l'UE, à moins de trois mois des élections.

    A l'image du grand débat en France destiné à trouver une issue à la crise des «gilets jaunes», le président français propose de mettre en place une conférence pour l'Europe d'ici la fin de l'année. Macron veut y réunir citoyens, universitaires ou encore partenaires sociaux pour définir une nouvelle feuille de route pour l'Union.

    Au registre de la défense des libertés, et sans nommer la Russie, le chef de l’Etat s'inquiète des ingérences extérieures dans les démocraties européennes. A ce titre, il veut interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères. Il envisage également la création d'une agence européenne de protection des démocraties, visant à protéger les élections contre les cyberattaques et les manipulations.

    Le chef de l'Etat remet ainsi sur la table l'idée d'un office européen de l'asile et d'une police des frontières commune, plaidant plus généralement pour la remise à plat de l'espace Schengen. L'immigration devrait être, de loin, le thème principal de la prochaine élection selon l'indicateur Eurobaromètre du Parlement européen. Macron évoque de nouveau la mise en place d'un salaire minimum européen.

    Après le veto mis par Bruxelles au projet de fusion Siemens-Alstom, jugé non conforme aux règles de la concurrence, Macron souhaite désormais «assumer (...) une préférence européenne, comme le font les concurrents américains ou chinois». Il plaide aussi pour la réforme de la politique de concurrence et celle du commerce.

    Le chef de l'Etat a également mentionné la nécessaire régulation des géants du numérique. Il faut créer «une supervision européenne des grandes plateformes», a exhorté Macron en évoquant l'accélération des sanctions en cas d'atteinte à la concurrence ou la transparence des algorithmes.

    Enfin, le jeune président a lancé la piste d'une banque européenne du climat, portée par le climatologue Jean Jouzel et l'économiste Pierre Larrouturou, afin de financer la transition écologique du continent. Il fixe deux ambitions: «0 carbone en 2050, division par deux des pesticides en 2025».

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc