×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le leasing cherche de nouveaux relais de croissance

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5408 Le 10/12/2018 | Partager
    Plus d'innovation-produits et une feuille de route
    Les entreprises attendent des délais de traitement réduits
    leasing_008.jpg

    28% des entreprises sondées manquent d'informations sur le leasing et 10% préfèrent acheter le bien au lieu de le louer

    Il représente 15% de la formation brute du capital fixe, un encours de 45,5 milliards de DH à fin 2017…Le crédit bail est à la recherche de nouveaux relais de croissance. Le programme de renouvellement du parc des véhicules de transport de marchandises et les projets liés à l'efficacité énergétique lui en ouvrent quelques uns. Une nouvelle feuille de route sera engagée par la profession qui a commandité une étude sur la perception du crédit bail.

    Les résultats préliminaires de l'enquête menée par LMS-CSA relève que les entreprises ont des attentes par rapport aux conditions d'octroi, la procédure, le coût, le délai et la gestion du financement. Elles souhaitent plus de célérité dans le traitement des dossiers, une semaine maximum. S'y ajoutent le respect des engagements en termes de prélèvements et plus de réactivité dans la mise à disposition de l'échéancier et de la main levée.

    Comme l'explique Abdenbi Louitri, directeur de LMS-CSA le secteur est face à deux catégories: la première est composée de clients-utilisateurs qui doivent être fidélisés.  Ces clients ont également besoin de produits innovants.

    La deuxième catégorie englobe toutes les entreprises qui n'ont jamais utilisé le leasing. Celles-ci nécessitent une offre sur mesure qui tient compte de leur capacité. «Le développement du leasing dépend de la  capacité des opérateurs à se réinventer, du moins, à exploiter des pistes nouvelles pour qu'ils accompagnent plus l'investissement. Nous travaillons sur l'aspect innovation notamment le leasing opérationnel et l'organisation du marché de l'occasion du matériel», indique Abdesslam Bouirig,  président de la section Crédit-bail à l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF).

    L'idée est de mieux outiller les opérateurs pour qu'ils accompagnent les entreprises. L'enquête de LMS-CSA a d'ailleurs révélé que «près des deux tiers des entreprises qui comptent investir sur les cinq prochaines années envisagent de recourir au leasing».

    Le secteur travaille sur une nouvelle feuille de route 2018-2020. Plusieurs chantiers sont déjà engagés. Sur le volet fiscal par exemple, les opérateurs demandent la révision du traitement de la déductibilité des provisions (note circulaire de la DGI de 2017). L'environnement juridique est également important surtout que la  dimension risque est au cœur du métier.

    «Le traitement des difficultés d'un client qu'il s'agisse d'un redressement judiciaire ou d'une liquidation constitue un vrai sujet. Les pratiques peuvent différer d'un tribunal à l'autre surtout en cas de liquidation judiciaire où le bien mis à disposition du client par le leaseur peut-être mis à la vente par le tribunal», poursuit Bouirig. Or le droit de propriété est garanti par  l'article 39 de la constitution.

    Khadija MASMOUDI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc