×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5356 Le 24/09/2018 | Partager

    ■ Le président mexicain bloqué trois heures dans un avion cloué au sol
    Le président-élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, connu pour ses discours prônant l'austérité, a tenu sa promesse de campagne de ne voyager qu'en vols commerciaux, mais s'est retrouvé bloqué plusieurs heures dans un avion cloué au sol en raison du mauvais temps, ont indiqué jeudi des médias locaux. Les vols officiels peuvent également subir des retards en raison du mauvais temps, mais ils sont prioritaires pour atterrir quand les conditions s'améliorent. Le vétéran de gauche, qui prendra ses fonctions le 1er décembre, s'apprêtait à quitter Huatulco, un port du sud du pays, mercredi après-midi, quand les mauvaises conditions météorologiques dans la capitale Mexico, ont empêché l'avion de la compagnie Viva Aerobus de décoller. Andres Manuel Lopez Obrador, 64 ans, et les autres passagers ont dû attendre près de trois heures à bord de l'avion avant d'être reconduits dans l'aéroport. Ils ont ensuite dû attendre une heure supplémentaire avant que l'avion ne puisse décoller, ont indiqué les médias. Malgré ce retard, le président-élu a réaffirmé son intention de vendre le coûteux avion présidentiel quand il prendrait les rênes du pays. «Cela ne va pas me faire changer d'avis: je ne monterai pas dans l'avion présidentiel», a-t-il déclaré à des journalistes à l'aéroport. «Monter dans un avion d'un tel luxe dans un pays qui a tant de pauvreté (...) j'aurais honte de moi», a-t-il ajouté. Premier président de gauche à la tête du Mexique, Lopez Obrador a entamé une tournée post-électorale à travers le pays pour remercier ses soutiens.

    ■ Des ballots de cannabis échoués sur la plage
    Les touristes se faisant bronzer sur les plages de Floride ont vu s'échouer ces dernières semaines des ballots de cannabis apportés par la marée. Mais la police prévient: pas question d'y toucher. Un bateau de trafiquants qui se serait renversé? Un parachutage égaré? «Il est très difficile de savoir à l'heure actuelle» d'où proviennent ces ballots de cannabis, a indiqué jeudi à l'AFP le porte-parole de la police du comté de St. Johns, dans le nord de la Floride. Au total, les autorités de trois comtés de Floride --St. Johns, Volusia et Flagler-- ont repêché près de 90 kg de cannabis, bien que le poids réel soit certainement inférieur, l'herbe étant humide.
    Alors que seul l'usage thérapeutique du cannabis est légal en Floride, elles ont demandé à tous ceux qui tomberaient par hasard sur ces paquetages de les en avertir. Un homme a ainsi été arrêté jeudi dernier avec 5 kg de cannabis à bord de sa voiture. Le suspect «a été aperçu en train d'essayer d'ouvrir le ballot et d'en retirer des paquets de marijuana», a fait savoir dans un communiqué la police du comté de Flagler. «Cet homme a essayé de tirer profit de la situation et cela s'est retourné contre lui», a commenté le shérif local Rick Staly, adressant «un avertissement à tous ceux qui pensent pouvoir profiter du fait que du cannabis s'échoue sur les côtes». «Un peu d'herbe gratuite vaut-il un séjour en prison?», a-t-il ajouté.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc