Société

Etudes à l’étranger: Les destinations phares

Par Karim Agoumi | Edition N°:5315 Le 16/07/2018 | Partager

Après avoir décroché le précieux sésame, beaucoup d’élèves du Royaume cherchent à intégrer des écoles supérieures et des facultés étrangères qui soient, si possible, bien cotées.  De l’Amérique à l’Asie, en passant par l’Europe, le choix est large et les destinations aussi prisées que diversifiées. Mais pour y accéder, les étudiants doivent finaliser comme il se doit leurs démarches administratives et investir un budget des plus conséquents. Explications

  • Chine, le bon compromis entre confort de vie et dépaysement
etude-chine.jpg

(Ph. Pratique.fr)

De plus en plus de bacheliers marocains se rendent en Chine pour leurs études. L’empire du Milieu, qui a connu un développement économique impressionnant ces dernières années, comporte plus de 2.000 établissements dont plusieurs universités de renom, parmi lesquelles Fudan ou encore Jiaotong.  Pour accéder à une spécialité donnée, une à deux années de langue sont nécessaires. D’autant plus que la plupart des cours sont en chinois. Un visa est essentiel pour se rendre en Chine, et ce, quelle que soit sa nationalité. Son nom? Le X Visa. Cependant, pour les séjours d’études dont la durée est inférieure à 6 mois, il existe un visa de catégorie F. Côté démarche, les intéressés doivent préparer un dossier à remettre à l’ambassade et contenant passeport, photo d’identité, le formulaire que l’université chinoise aura fourni, une lettre d’admission ainsi qu’un formulaire d’identification physique. La demande doit être réalisée dans un délai de 30 jours précédent le projet de départ.

  • Les Etats-Unis ou l’ «American Dream»
etude-etats-unis.jpg

(Ph. Studyrama Grandes Ecoles)

De Harvard à Princeton, en passant par Stanford ou encore Yale, les universités américaines figurent parmi les plus prestigieuses du globe. Le rêve américain a cependant un prix. En effet, le coût des études est particulièrement onéreux, pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers de dirhams. Le système éducatif américain est particulier. Ce dernier comprend des «colleges», des «universities» et des «institutes». Les collèges, de taille très volumineuse, décernent essentiellement des diplômes de premier cycle. En revanche, les universités délivrent aussi bien des diplômes de deuxième que de troisième cycle. Les instituts proposent aux étudiants de préparer leurs diplômes dans des disciplines proches ou similaires. Côté démarches, il existe principalement deux types de visa: le «F-1» destiné aux étudiants finançant leurs études avec des fonds personnels et le «J-1» qui concerne avant tout les boursiers du gouvernement américain. Pour décrocher ces Pass, l’étudiant doit se rendre à l’ambassade et devra fournir un certificat d’admission baptisé «I-20» et justifier ses moyens financiers ainsi que son lieu de résidence. Il devra également justifier son niveau d’anglais en validant un test de langue tel que le Toefl (Test of English as a Foreign Language). 

  • Canada, le premier choix sur le continent américain
etude-canada.jpg

(Ph. Journal Universitaire)

Les études au Canada représentent sans hésitation le choix privilégié des bacheliers marocains. Chaque année,  pas moins de 130.000 étudiants internationaux choisissent d’y poursuivre leur cursus. Le coût demeure quant à lui très variable, oscillant entre 5.500 et 15.000 dollars par an. Cependant, les conditions d’admission sont très réglementées. Pour les intéressés, il faut déposer son dossier dûment rempli au Centre de réception des demandes de visas (CRDV) du lundi au vendredi, entre 9h et 17h.oLES études au Canada représentent sans hésitation le choix privilégié des bacheliers marocains. Chaque année,  pas moins de 130.000 étudiants internationaux choisissent d’y poursuivre leur cursus. Le coût demeure quant à lui très variable, oscillant entre 5.500 et 15.000 dollars par an. Cependant, les conditions d’admission sont très réglementées. Pour les intéressés, il faut déposer son dossier dûment rempli au Centre de réception des demandes de visas (CRDV) du lundi au vendredi, entre 9h et 17h.

  • Royaume-Uni, le prestige au prix fort
etude-royaume-uni.jpg

(Ph. Etudes-Angleterre)

Le Royaume-Uni abrite de grandes universités telles qu’Oxford ou encore Cambridge dont la réputation n’est plus à prouver. Mais pour intégrer ces prestigieux établissements, l’étudiant doit avant tout obtenir une équivalence du baccalauréat marocain et doit également avoir un très bon niveau d’anglais. Mais l’excellence a un prix! La vie estudiantine au Royaume-Uni est en effet particulièrement coûteuse. Entre le transport, le logement et les frais de scolarité, le budget explose!

  • Russie, la plus économique!
etude-russie.jpg

(Ph. Sputnik France)

La Russie attire de plus en plus de bacheliers marocains. Il faut dire que le coût de la vie y est relativement peu élevé et que les frais de formation y sont pris en charge par l’Etat. Sans oublier de nombreuses filières qui présentent l’avantage d’être enseignées en langue française, notamment la pharmacie ou encore la médecine générale. Pour s’inscrire dans des universités russes, l’intéressé doit se renseigner impérativement auprès du Centre russe de la science et de la culture à Rabat. L’organisme guide également les bacheliers afin d’éviter qu’ils ne préparent un diplôme non reconnu par l’Etat marocain. Après avoir réceptionné la «Lettre d’invitation», il ne reste plus à l’étudiant qu’à adresser sa demande de visa d’études à l’ambassade. 

  •  La France, de grandes écoles aux concours sélectifs
etude-france.jpg

(Ph. AFM)

La France représente l’une des destinations privilégiées des bacheliers marocains pour étudier. Plus de 60% d’entre eux optent pour l’Hexagone plutôt que pour une autre destination. Il faut dire que le pays comprend de grandes écoles dont la réputation n’est plus à prouver. Parmi ces dernières, HEC Paris ou encore l’ESSEC dont le prix annuel moyen peut dépasser les 13.500 euros, soit 147.000 DH.  Les diplômes français sont inscrits dans le système LMD, ce qui  leur garantit une équivalence parfaite. Une fois accepté par l’école ou l’université, l’étudiant doit prendre rendez-vous au bureau de Campus France de Rabat ainsi qu’au consulat pour sa demande de visa. Ce dernier devra être échangé sur place contre un titre de séjour d’une durée d’une année à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). L’accès aux grandes écoles de commerce passe généralement par des concours souvent très sélectifs. Le dossier scolaire de l’intéressé est en effet soigneusement analysé par la commission d’évaluation de l’établissement d’accueil, seule à même de se prononcer sur l’acceptation du candidat. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc