×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    OCDE: L’éducation démarre dès la crèche

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5051 Le 22/06/2017 | Partager
    Capacités cognitives, compétences socio-émotionnelles, acquis de l’apprentissage
    Responsabilité à la fois des enseignants et des parents

    Ces dernières années, la plupart des pays de l’OCDE ont accru leurs investissements afin de développer la préscolarisation et d’ouvrir plus de services d’éducation et d’accueil des jeunes enfants (crèches et écoles maternelles). Leur rôle est essentiel puisqu’ils peuvent améliorer les capacités cognitives, les compétences socio-émotionnelles et les acquis de l’apprentissage des enfants.

    Les dépenses destinées à l’accueil et l’éducation des jeunes enfants représentent en moyenne 0,8% du PIB dans les pays de l’OCDE et sont constituées à 80% ou plus de fonds publics, comme l’indique l’édition 2017 de «Petite enfance, grands défis» qui présente une série d’indicateurs.

    En moyenne dans l’OCDE, 70% des enfants de trois ans sont préscolarisés, avec un taux qui va de 20% ou moins en Australie, en Grèce, en Suisse et en Turquie, à 95% ou plus en Belgique, en Espagne, en France, en Islande et en Norvège. Une pédagogie innovante s’avère nécessaire au cœur de l’école. Pour cela, il est souhaitable d’améliorer les conditions de travail des enseignants, d’assurer un accès équitable à tous les enfants et d’instaurer de nouvelles méthodes d’enseignement. 

    Aussi, des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail permettraient d’attirer des jeunes vers le professorat et de les maintenir en poste. Alors que dans la plupart des pays, ils doivent avoir au moins une licence, les enseignants en préprimaire gagnent moins que leurs pairs de l’enseignement secondaire ou supérieur.

    Près de 74% seulement du salaire moyen d’un travailleur à temps plein diplômé du supérieur. Dans l’ensemble des pays de l’OCDE, neuf enseignants du préprimaire sur dix sont des femmes, contre environ quatre sur dix dans l’enseignement supérieur.
    Rendre les services d’accueil des tout-petits plus abordables aiderait plus de mères de très jeunes enfants à reprendre le travail et à mieux concilier vie privée et vie professionnelle.

    De plus, le fait d’aider ses enfants à apprendre à la maison et d’avoir plus de contacts avec les équipes enseignantes est étroitement lié à la réussite scolaire future et au développement socio-émotionnel des enfants. Au Maroc, les crèches se développent. Cette tendance est orientée à la hausse avec l’application de l’horaire continu notamment dans les administrations et les banques.

    Ce que dit l’Unesco

    Malgré le potentiel de l’éducation, les nouvelles données de l’Institut de statistique de l’Unesco (ISU) montrent qu’à l’échelle mondiale, le droit à l’éducation de 9% des enfants en âge de fréquenter l’école primaire est bafoué. Ce taux atteint 16% et 37%, respectivement, pour les jeunes du niveau du premier et du second cycles du secondaire. Au total, 264 millions d’enfants, d’adolescents et de jeunes n’étaient pas scolarisés en 2015. Sur les 61 millions d’enfants aujourd’hui non scolarisés dans le primaire, 17 millions ne mettront jamais les pieds à l’école si les tendances actuelles se poursuivent. Cela concerne un enfant non scolarisé sur trois en Afrique subsaharienne, en Asie occidentale et en Afrique septentrionale, et plus d’un sur quatre en Asie centrale et méridionale.

    Près de 60 millions de personnes pourraient échapper à la pauvreté si tous les adultes allaient seulement deux ans de plus à l’école. Si tous les adultes achevaient leurs études secondaires, 420 millions de personnes pourraient sortir de la pauvreté. Ce qui permettrait de réduire le nombre total de pauvres de plus de la moitié à l’échelle mondiale et de près des deux tiers en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, selon une nouvelle analyse produite par l’équipe du Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) de l’Unesco.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc