×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le Mövenpick Tanger perd une de ses étoiles

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4950 Le 31/01/2017 | Partager
    A cause de l’état de ses chambres, il rejoint la catégorie 4 étoiles
    3e déclassement à Tanger, après El Minzah et le Flandria

    L’épuration se poursuit au sein du secteur hôtelier tangérois. L’hôtel Mövenpick de Tanger, l’un des 5 étoiles de la ville, vient d’être déclassé. Après une visite de la Commission de classement, la semaine dernière, la décision est tombée tel un couperet avec la descente de l’hôtel, un 5 étoiles à la catégorie des 4 étoiles. La raison invoquée par la commission est la longue liste de manquements relevés, surtout au niveau de l’habitabilité de l’hôtel. En substance, l’état des chambres ne correspondait pas au standard des 5 étoiles, selon un membre de cette commission.

    Selon ce dernier, l’hôtel a été à maintes fois avisé de ces manquements sans qu’aucune décision ni action ne soit entamée, ce qui a motivé le passage à l’acte de la Commission. Toutefois, l’hôtel dispose de 90 jours pour se conformer aux recommandations de la commission s’il veut récupérer son statut de palace à Tanger. Le Mövenpick n’est pas le seul à avoir eu affaire à la vindicte des autorités à Tanger, un autre établissement, le Flandria est lui aussi passé sous leurs fourches caudines perdant une de ses 4 étoiles et ce pour non respect des normes de classement. Ils font suite au déclassement très médiatisé de l’hôtel el Minzah, un 5 étoiles qui avait perdu deux étoiles d’un coup en septembre dernier.

    Une commission avait alors fait le déplacement au sein de l’hôtel qu’elle connaissait hélas trop bien pour l’avoir à maintes reprises alerté sur ses manquements. C’était le cas au niveau des chambres, mais surtout au niveau de ses cuisines dont l’état nécessitait une attention urgente sans délais. Déclassé, l’hôtel a frôlé la fermeture pure et simple à cause des problèmes d’hygiène de ses cuisines. Depuis, les choses semblent aller vers l’avant. Les propriétaires de l’établissement, qui viennent de signer en 2016 un accord de gestion avec la prestigieuse chaîne espagnole Blue Bay Hotels, ont remis à neuf les cuisines et annoncé un ambitieux plan de rénovation des chambres. 

    Il s’agit aujourd’hui pour les autorités de la ville de remettre de l’ordre au sein du secteur hôtelier tangérois, dont certains membres se seraient permis trop de largesses ces derniers temps. La mise à niveau des infrastructures avec la remise à neuf de la corniche et le repositionnement que cherche la ville seraient eux aussi parmi les raisons qui poussent les responsables à tirer vers le haut le secteur.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc