×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Toyota s’arrime à Ford pour les voitures connectées

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4932 Le 05/01/2017 | Partager
    Les deux groupes créent un consortium en y intégrant 4 autres constructeurs
    Objectif: contrer l’intrusion de Google et Appel dans le domaine
    toyota_voiture_connectee_032.jpg

    C’est pour apporter une alternative aux technologies d'Apple et Google que Toyota et Ford (et 4 autres constructeurs) ont décidé de créer un consortium dans le domaine des voitures connectées (Ph. DR) 

    Grosse offensive des géants automobiles en matière de voitures connectées. Pour contrer Apple et Google, Toyota et Ford vont former un consortium dans le domaine des véhicules connectés, avec quatre autres constructeurs dont PSA. Le SmartDeviceLink Consortium voudrait ainsi «donner aux consommateurs plus de choix pour se connecter et contrôler leurs applications de smartphones sur la route». Cette annonce intervient à la veille de l'ouverture du salon de technologies CES à Las Vegas.

    Ford et Toyota, qui collaborent ensemble depuis plusieurs années, franchissent une nouvelle étape dans leur partenariat en y intégrant, outre PSA, trois constructeurs japonais, Mazda Motor, Subaru et Suzuki Motor. A cela s’ajoutent trois équipementiers: Elektrobit, Luxoft et Xevo. Tous espèrent ainsi favoriser «une large adoption» de la plateforme SDL qui est construite en open source, en guise d'alternative aux technologies d'Apple et Google. De cette manière, ils pourront «garder le contrôle sur l'accès aux données du véhicule par les applications». Il faut dire que la connectivité entre les smartphones et l'interface du véhicule s’avère être pour ces constructeurs un des enjeux les plus importants.

    Le partenariat entre le constructeur japonais et son homologue américain ne date pas d’hier. Les deux groupes ont entamé leur collaboration en 2011 pour l’élaboration commune «de nouveaux standards de télématique embarquée» toujours pour faire face à la concurrence des «startups» de la Silicon Valley, qui se sont adjugées une part importante dans le développement des voitures connectées. Plus récemment, Toyota a installé la technologie SmartDeviceLink (SDL) de Livio, une filiale de Ford, dans ses véhicules. C’est cette technologie qui permet à l'automobiliste de ne plus avoir à jongler avec le smartphone et l'autoradio/GPS. Il n'a qu'à connecter son téléphone à sa voiture pour, par exemple, accéder, via la reconnaissance vocale, l'écran et les commandes de bord, à ses applications mobiles (e-mail, divertissement et informations, météo, trafic, possibilités de stationnement...). Nombre d'autres usages exploitant les données du véhicule (kilométrage, échéance de contrôle, etc.) sont aussi possibles.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc