×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Trump à la Maison-Blanche
    Les sondages ont vu tout faux!

    Par L'Economiste | Edition N°:4895 Le 10/11/2016 | Partager
    Le nouveau président a été décisif dans les Swing States
    Les républicains renforcent leur assise au sein du Congrès également
    election_americaine_095.jpg
     

    Trump, 45e président des Etats-Unis. Pour les médias américains ou européens, la pilule a beaucoup de mal à passer. Pour le camp démocrate, on a difficilement trouvé le sommeil après ce cauchemar.
    En début de soirée du mardi, The Washington Post estimait à 84% les chances de victoire de la candidate démocrate. Or, vers 2h heure marocaine (21h sur la côte Est des Etats-Unis), les choses ont commencé à s’accélérer. Avec les résultats des vingt-premiers Etats et les premières tendances dans les Etats clés, les médias ont senti le vent tourner. Les sondages ont rencontré leurs limites dans leur capacité à anticiper: la mobilisation des blancs ruraux, la faible participation des Afro-Américains, la surprise dans les Etats des Grands Lacs. Sur la carte, on lit clairement que le Nord-Est et la côte Ouest sont acquis aux démocrates alors que le Midwest et la «Sunbelt» (allant du Texas à la Floride) ont été décrochés par le républicain. Contrairement à Obama, Hillary Clinton n’a pas réussi à décrocher le Michigan, la Floride, l’Ohio, la Virginie et la Pennsylvanie. A 2h30, Trump compte 137 grands électeurs contre 104 pour son adversaire. Le Michigan crée alors la surprise en basculant du côté républicain. Progressivement, l’Ohio et la Pennsylvanie se confirment comme Etats acquis à Trump. A ce moment donné, la majorité des deux assemblées tournent définitivement au rouge (républicains). Après 3h, les tendances dans les «Swing States» se confirment. La «trumpmania» a tout balayé sur son passage.
    La participation à cette élection a été assez faible avec 54,2%, contre 57,1% en 2008. Les deux candidats se talonnent à 59 millions de voix. A midi ce mercredi, pour le Washington Post, Clinton obtient 47,6% des voix contre 47,5% pour Trump alors que l’institut de sondages Real Clear Politics donne Trump gagnant au niveau national avec 47,7% des votes alors qu’Hillary Clinton aurait 47,4% des voix. Ces légères variations ne changent rien. Trump a été décisif là où il fallait: l’Iowa, l’Ohio, le Wisconsin, la Pennsylvanie, la Floride. Ainsi, c’est cette Amérique composée de blancs ruraux peu qualifiés et des classes populaires touchées par la crise et la désindustrialisation qui ont propulsé Trump dans le fauteuil de président. Ce vote sanctionne une élite politique bien incarnée par Hillary Clinton.
    Au-delà de la victoire de Trump, les républicains tirent leur épingle du jeu. Ils s’imposent avec 235 sièges contre 191 à la Chambre des représentants et 51 sièges contre 47 au Sénat. Aux Etats-Unis, un président ne gouverne pas seul. Trump devra composer avec des républicains qui n’ont pas été toujours en accord avec lui.

                                                            

    Tous les codes de la décence cassés

    trump_codes_casses_095.jpg

    ■ Xénophobe
    «J’appelle à l’arrêt total et complet de l’entrée des musulmans aux Etats-Unis»
     (Dans un communiqué du 7/12/2015, il avait réagi à une fusillade, les auteurs s’étaient inspirés de l’Etat islamique)
     «Le Mexique nous amène la drogue, le crime et les viols (…) Je construirai un grand mur le long de notre frontière sud, et je ferai en sorte que le Mexique paie pour ce mur!»
    (Ces paroles ont été prononcées lors de son discours de candidature pour la Primaire républicaine - 16/05/2015)

    ■ Sexiste, incontrôlable, provocateur
    «Si Ivanka n’était pas ma fille, je sortirais peut-être avec elle»
    (Déclaration au cours d’une émission américaine, The View - 2006)
     «Quand vous êtes une star, elles vous laissent faire. Vous pouvez tout faire…»
     (Déclaration en off issue d’une vidéo de 2005 rendue publique par le «Washington Post» - le 7/10/2016)
    «Comment peut-elle satisfaire son pays si elle ne satisfait pas son mari?»
    (Dans un Tweet, supprimé dans la foulée, le républicain avait raillé Hillary Clinton à propos des infidélités de son mari - 16/04/2015)

    ■ Climatosceptique
    «Le concept de réchauffement climatique a été créé par et pour les Chinois dans le but de rendre l'industrie américaine non compétitive»
     (Tweet de novembre 2012, cette même posture a été réaffirmée lors de son discours de candidature pour la Primaire républicaine)

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc