Competences & rh

Nouveau chapitre dans la saga HEM

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5404 Le 04/12/2018 | Partager
Le groupe de Abdelali Benamour cède 85% de son capital à LCI Education
Le réseau international canadien souhaite développer son pôle Afrique
Le modèle de Med Métiers de Tanger sera dupliqué sur le continent d’ici 3 ans
hem_004.jpg

Abdelali Benamour (à gauche), enseignant universitaire, premier directeur de l’ISCAE et ancien président du Conseil de la concurrence garde la présidence du conseil d’administration de HEM, dont il est fondateur. L’équipe dirigeante ne changera pas non plus. Yasmine Benamour, administrateur directeur général, et Hassan Sayarh, DG, continueront à occuper leurs fonctions (Ph. HEM)

Et encore un tournant dans l’histoire de HEM. Le groupe, fondé par Abdelali Benamour en 1988, prend un nouveau virage en cédant 85% de son capital au réseau international d'enseignement supérieur, LCI Education (LaSalle College International). L'annonce en a été faite mercredi dernier, lors d'une conférence de presse tenue au siège de la business-school à Casablanca. Dans ces 85%, le réseau canadien récupère aussi les 20% acquis pas la Société financière internationale en 2013.

Le deal avec la filiale de la Banque mondiale prévoyait son retrait à l’issue de la réalisation des objectifs du financement. A savoir, la création du campus de Fès et le lancement de l’Institut supérieur des métiers industriels à Tanger, Med Métiers.

Le montant de la transaction, officialisée lundi dernier, est tenu secret. Abdelali  Benamour garde les 15% de capital restants. Il préserve, également, la présidence du conseil d'administration de son groupe, qui compte 5 campus à Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger et Fès, en plus de Med Métiers.

En somme, la business-school ne perdra ni son management, ni sa marque, ni son identité visuelle, ni son modèle pédagogique. Elle ne changera pas, non plus, de politique tarifaire. Cela fait partie du mode opératoire du réseau LCI Education, qui rassemble 23 campus sur 5 continents, et gère annuellement près de 17.000 étudiants.

«Nos campus sont gérés de manière décentralisée, chacun dans son pays. Le réseau offre surtout une plateforme d’échange de connaissances, des possibilités de mobilité et une plateforme technologique. Notre site, par exemple, met en relation les entreprises avec nos candidats talentueux à l’échelle internationale», relève Claude Marchand, président et chef de la direction de LCI Education.

«Garder Abdelali Benamour à la tête du conseil d’administration, avec toute sa crédibilité, et l’équipe en place avec son expertise, est une chance pour nous. Grâce à eux, nous pourrons tout de suite unir nos forces et passer à des projets concrets», poursuit-il.

Le premier conseil d’administration de HEM avec LCI Education se tiendra en janvier 2019. Les deux partenaires ont déjà les grandes lignes de leurs futurs projets. Leur ambition commune est de se développer en Afrique subsaharienne, et «peut-être au-delà». Le réseau, à travers son enseigne Collège LaSalle, a opéré sa première implantation sur le continent en 1989 à Casablanca, avant de s’installer à Rabat, Tanger et Marrakech. Il est également présent en Tunisie et en Algérie (via une franchise).

HEM aura pour mission de piloter les nouveaux projets africains. Yasmine Benamour, directeur administrateur général, prendra ainsi les rênes de LCI Education Afrique.

«Le moment était venu pour nous de nous allier à un partenaire afin de nous développer plus vite. Avec LCI Education, de par nos histoires et nos valeurs, nous avons beaucoup de choses en commun. Nous pourrons ensemble entamer une nouvelle ère de développement», confie Yasmine Benamour.

Les deux partenaires prévoient de dupliquer rapidement le modèle de Med Métiers dans de grandes villes d’Afrique francophone. Il sera question de lancer au moins deux instituts dans les trois prochaines années. «Il est difficile d’exporter les modèles de HEM et de Collège LaSalle dans l’immédiat, vu le niveau des frais de scolarité. Mais nous croyons énormément en Med Métiers, car il a démocratisé une offre pédagogique de qualité», explique Marchand.

L’alliance permettra, en outre, la mise en place de nouveaux programmes. «Il était pour nous fondamental de nous adosser à un groupe international œuvrant dans l’éducation, et non à un fonds aux objectifs purement financiers. Cela nous aidera à aller de l’avant dans notre mission, qui est l’enseignement des nouvelles générations», insiste Hassan Sayarh, DG de HEM.

Doubles diplomations, mobilité internationale des étudiants et des enseignants-chercheurs, nouveaux cursus, échange d’expériences… les opportunités sont nombreuses. HEM et LCI Education ont déjà identifié des pistes qui seront bientôt partagées.

Le jeu des alliances continue

Visionnaire, Abdelali Benamour a souhaité ouvrir une brèche pour son groupe à l’international, et garantir par là sa pérennité dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Difficile, en effet, aujourd’hui de se faire une place de choix sur le marché, ou de faire long feu, en restant seul. S’arrimer à un opérateur international fort devient essentiel. D’autres écoles et universités ont fait ce choix de s’allier à un réseau.
Tels que Mundiapolis, l’EMSI et l’Ecole d’architecture de Casablanca qui ont cédé 100% de leur capital au réseau panafricain Honoris. Ou encore, l’Université internationale de Casablanca, rachetée par KMR Holding, également propriétaire de l’Université privée de Marrakech.

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc