Competences & rh

Des stages pour changer l’image de la trisomie

Par Karim Agoumi | Edition N°:5404 Le 04/12/2018 | Partager
Une vingtaine de handicapés placés en binôme avec des salariés de grands groupes du marché
Objectif: changer les regards des employeurs sur cette anomalie génétique
Un concept innovant lancé par l’association Anaïs
stage-trisomie-004.jpg

Faire collaborer les personnes atteintes de trisomie 21 et salariés actifs au sein de grandes entreprises du marché. C’est le concept particulièrement innovant récemment lancé par l’association Anaïs. Des stages d’immersion organisés pour changer les regards trop souvent négatifs des employeurs sur cette anomalie génétique (Ph. Anaïs)

Donner l’opportunité à des personnes atteintes de trisomie 21 de collaborer directement avec les acteurs de grandes entreprises du marché. C’est le concept à la fois novateur et original du «Duo Day Challenge», dont la première édition est actuellement organisée par Anaïs. Des stages menés avant tout pour changer les regards sur cette anomalie génétique, souvent mal perçue par les employeurs,  qui n’empêche pourtant pas de se réaliser professionnellement.

Une vingtaine d’entreprises, dont notamment Jumia, le chocolatier Melt, Kitea ou encore BMCI ont ainsi accueilli, durant tout le mois de novembre, plusieurs bénéficiaires de l’association atteints de trisomie 21. Des stages d’une demi-journée chacun durant lesquels ces personnes en situation de handicap ont été placé en duo avec des salariés actifs et dont le fonctionnement était sensiblement le même pour chacune de ces expériences.

Une fois soigneusement accueilli par son «parrain» et minutieusement briefé, chaque stagiaire a pu accompagner le cadre désigné dans la réalisation de ses tâches quotidiennes. Une collaboration visant la complémentarité et l’efficacité.

«Chacun de nos candidats s’est vu assigner une mission spécifique répondant à la fois aux besoins du groupe et à ses propres exigences», explique Yasmine Lahlou, bénévole à Anaïs et consultante en communication. Le débriefing a, quant à lui, eu lieu le 3 décembre.

Une journée de bilan au cours de laquelle les stagiaires ont visionné des vidéos-capsules reprenant en images cette expérience inédite et ont eu également la possibilité de prendre part à différents ateliers pédagogiques dirigés par des personnalités de renom, tels que le pâtissier Hicham Lahlou ou encore l’humoriste Asmaa El Arabi. 

Une manifestation organisée pour sensibiliser les employeurs sur les performances des personnes atteintes de trisomie 21 et lutter contre des préjugés profondément ancrés dans l’imaginaire collectif. «Ces individus présentent certes un retard mental, mais sont tout à fait capables de travailler correctement si on leur en offre l’opportunité», souligne Lahlou. «Il faut seulement leur prêter attention et leur fournir un cadre adéquat», ajoute la bénévole. Un moyen de pousser les entreprises à les intégrer comme il se doit dans leurs activités.

Créée en 1991, Anaïs compte à ce jour pas moins de 290 bénéficiaires atteints de trisomie 21. L’association a considérablement contribué à changer l’image de cette anomalie sous nos latitudes. Le groupe a notamment remporté le prix Stars Impacts en 2016 parmi 24 autres lauréats provenant de 12 pays.

K.A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc