Société

Un dîner à la table des chefs de chefs d’Etat

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
Élysée, Maison Blanche, Buckingham Palace… 18 maestros à la Mamounia
Un séjour pour découvrir la culture culinaire marocaine
Un dîner de gala signé par les chefs au profit d’Amal pour la réinsertion des femmes
chefs_detat_cuisinier_077.jpg

Ils étaient 18 chefs à Marrakech pour l’assemblée générale annuelle du «Club des Chefs des Chefs». Celui de l’Elysée, de la Maison Blanche, de la Principauté de Monaco, de Buckingham Palace, ils ont tous profité d’un séjour découverte du Maroc et de sa culture culinaire au sein du palace la Mamounia (Ph. G. Gomez)

Les chefs de l’Elysée, de la Maison Blanche, de la Principauté de Monaco, de Buckingham Palace, ou celui du Grand-Duché du Luxembourg. Ils étaient 18 à Marrakech pour l’assemblée générale annuelle du CCC, le «Club des Chefs des Chefs», après Montréal en 2017 et avant la Corée l’année prochaine.

Pendant plusieurs jours, les membres de cette association gastronomique, considérée comme la plus exclusive au monde, ont profité d’un séjour découverte du Maroc et de sa culture culinaire au sein du palace la Mamounia. Car voilà l’un des principaux objectifs du club, protéger les origines de chaque cuisine nationale.

«J’avais plusieurs amis chefs de chefs d’état qui ne se connaissaient pas entre eux, alors j’ai organisé une première rencontre chez Bocuse entre 8 chefs. Voilà comment est né le club» confie Gilles Bragard, qui le fonde en 1977. Une sorte de G20 de la gastronomie puisque ces cuisiniers de dirigeants politiques du monde entier portent un peu l’honneur national à chaque réception.

«Ce sont les meilleurs assistants des diplomates» affirme le fondateur. Leur travail étant en effet différent de celui d’un chef de restaurant. «Il n’y a pas de tension entre eux, les chefs d’état devraient s’en inspirer» ironise-t-il.

Avant de repartir chacun à leur table, un dîner de gala de charité a été concocté par 4 des 18 chefs présents, au profit de l’association Amal, qui oeuvre pour la réinsertion des femmes à travers la cuisine. Avec un tel casting, la salle était pleine d’invités au dress code aussi chic que le lieu l’imposait. Aux commandes du velours de cèpes, du poulpe et du homard, Christian Garcia, chef de cuisine du prince Albert de Monaco, et le médiatique Guillaume Gomez, qui officie au palais de l’Élysée.

Pour les plats de bar et de boeuf, le chef de la Mamounia, Rachid Agouray, était accompagné de Cristeta Comerford, la seule femme du club présente, chef de cuisine de la Maison Blanche, qui a servi Clinton, Bush et Obama avant Trump. Si chacun y a mis un peu de sa patte, et donc un peu de son pays, tous les produits servis étaient marocains.

Pour le dessert, c’est Pierre Hermé qui était à l’honneur. Le célèbre chef pâtissier-chocolatier français a d’ailleurs sa boutique dans le palace marrakchi. Une chaleureuse soirée où le chef du Kremlin côtoyait ceux des premiers ministres espagnol et canadien, où le chef du président d’Afrique du Sud dînait avec son confrère sud-coréen, sans oublier Xavier Rousseau, le chef cuisinier de l’équipe de France de football, un invité exceptionnel qui a fait sensation.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc