Economie

Les tabaculteurs se positionnent sur le cigare

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5252 Le 16/04/2018 | Partager
La société Habanos vient de signer avec 520 producteurs dans la région d’Ouezzane
La première récolte est attendue fin août
tabac_cigare_052.jpg

 Pour former les femmes à la fabrication des cigares, Habanos a fait appel aux services d’une équipe de techniciens d’origine dominicaine (Ph. Habanos)

Habanos, société de fabrication de produits de tabac, vient de signer un contrat d’agrégation avec 520 tabaculteurs dans la région d’Ouezzane. Une belle opportunité pour ces agriculteurs qui étaient liés à la Société Marocaine des Tabacs (SMT) et dont les contrats de production ne devaient plus être renouvelés.

Pour l’heure, la superficie couverte s’étend sur 120 hectares, l’objectif est de la porter à 2.000 ha avant fin 2019 dans différentes régions. «Nous avons importé la semence du tabac habano depuis la République dominicaine, pays où il a été découvert par Christophe Colomb au 15e siècle. C’est la première fois que le tabac pour cigare est cultivé au Maroc.

En plus de la semence, notre société a approvisionné les tabaculteurs en engrais et en matériel d’épandage et d’irrigation», déclare Moulay Omar Zehraoui, PDG. Au total, la société Habanos table sur une production de 180 tonnes d’ici fin août. Ce qui correspond à une production de 50.000 cigares par jour, dont 95% sont destinés à l’export. Le patron de la société affirme que des contrats de vente ont déjà été signés avec des importateurs aux États-Unis et en Suisse.

Le tabac pour cigare peut être cultivé à raison de deux campagnes par an: fin août et fin novembre de chaque année. En principe, la production devrait atteindre 1,5 tonne par hectare de tabac bon pour utilisation conformément à un cahier des charges intégré dans le contrat.

Les tabaculteurs seront rémunérés selon une grille tarifaire progressive de 10 à 20 DH en fonction de la qualité du produit. Les estimations de l’agrégateur prévoient des revenus minimums de 30.000 DH par campagne pour chaque producteur.

Selon les contrats de production types dont L’Economiste détient copie, la durée du partenariat a été fixée à cinq ans à partir du 19 mars 2018. Le contrat peut être renouvelé sous tacite reconduction à moins d’être dénoncé par l’une des parties signataires.

Le président de la société ambitionne d’intégrer la culture du tabac dans le programme d’appui aux projets d’agrégation prévu par le Plan Maroc vert.

Une première réunion a déjà été tenue dans ce sens avec le management de l’Agence de développement agricole (ADA). L’agence confirme l’existence de cette première prise de contact. Il s’agit maintenant de préparer un dossier de demande de validation du projet d’agrégation et de le soumettre à une commission technique.

L’objectif étant de vérifier la conformité des conditions de regroupement des producteurs avec la loi 04-12 et l’inexistence de modalités non réglementaires. Une fois validé, le groupe bénéficiera d’une prime d’agrégation et de différentes subventions pour l’irrigation via le goutte-à-goutte ainsi que certains équipements agricoles.

Habanos emploie 80 personnes à temps plein, sans compter 250 emplois indirects (logistique, impression, emballage…) et les 520 tabaculteurs. Pour former les rouleuses de cigares, elle a fait appel aux services de techniciens d’origine dominicaine.

Habanos Vs Habanos

Habanos vient de remporter le procès intenté contre elle par la coopérative cubaine éponyme. Le tribunal de commerce de Casablanca a confirmé, mercredi 11 avril, le jugement en première instance dans l’affaire d’usurpation de marque qui l’opposait à l’entité cubaine. Le dossier avait traîné pendant plus d’un an et demi devant les tribunaux, bloquant le démarrage de la société. La production peut désormais démarrer à l’échelle industrielle. Elle est destinée à 95% à l’export. Le reste sera écoulé sur le marché local. Habanos table sur un chiffre d’affaires prévisionnel de 100 millions de dollars.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc