Economie

Formation professionnelle: 300 instituts à accréditer

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5252 Le 16/04/2018 | Partager
L’Office vient de lancer un appel d’offres pour une assistance technique
La procédure peut prendre 5 ans
chomage_052.jpg

L’un des principaux constats dressés par l’enquête sur l’emploi du Haut-commissariat au Plan est l’accès difficile des diplômés de la formation professionnelle au marché du travail. 22,7% sont au chômage

En attendant une refonte du mécanisme de qualification et d’accréditation des établissements de la formation professionnelle privée, l’OFPPT  est à la recherche d’une assistance technique pour l’organisation de ces opérations. Un appel d’offres vient d’être lancé et l’attributaire sera connu le 17 mai.

Les statistiques de l’Office révèlent que 417 établissements sont actuellement accrédités.  En 2016/2017, 147 ont obtenu ce «label» sur les 159 proposés, soit un taux de 92% d’accréditations. Ces établissements comptent 50% des effectifs des stagiaires du privé. Pour cette année, plus de 300 instituts sont inscrits sur la liste prévisionnelle des établissements à auditer, contrôler et accompagner.

Ce processus de qualification et d’accréditation reste compliqué. Il a fait l’objet de critiques de la part  de la Cour des comptes dans son rapport 2015. Les établissements privés doivent se plier à une procédure jugée longue et contraignante. Il faut au moins 5 ans pour obtenir la qualification et l’accréditation!

L’obtention de ce label synonyme de la reconnaissance du diplôme par l’Etat nécessite le passage par trois phases réglementées: la qualification des filières après la formation d’au moins une promotion de lauréats, l’accréditation après la qualification de l’ensemble des filières de formation dispensées effectivement depuis trois ans au moins et le renouvellement de la qualification et de l’accréditation.

Plus de 14 ans après la mise en place,  ce processus fait l’objet de  critiques de la part de la Cour des compte. La première renvoie aux critères d’éligibilité à l’accréditation, soit la qualification de l’ensemble des filières de formation dispensées depuis trois ans au moins. Il faut donc auparavant former au moins une promotion avant de pouvoir entamer les démarches. Ce qui rend non seulement la procédure longue, mais prive la première promotion  d’une formation accréditée.

De plus, l’établissement est soumis à des contrôles fragmentés durant les différentes phases de la qualification et de l’accréditation. Le premier sur place vérifie l’éligibilité des filières proposées à la qualification. Le deuxième  est un audit de qualification également sur place réalisé par des experts et se focalisant sur les conditions d’exécution du programme de la filière.

Le troisième contrôle est effectué lors de l’audit d’accréditation par des experts et consiste en l’analyse du système d’évaluation. «La qualification ou l’accréditation est accordée pour une durée maximale de cinq ans, chaque phase doit être renouvelée dans les mêmes conditions que pour la première demande. Cette situation engage l’établissement et l’administration dans un cycle de demandes de qualification ou d’accréditation et de traitement des dossiers continu», souligne la Cour des comptes. 

Ses magistrats avaient souligné que «l’engagement du marché d’assistance technique pour l’audit des deux opérations de qualification et d’accréditation engendre un coût double, alors qu’il serait souhaitable de regrouper les deux opérations pour pouvoir engager un seul audit».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc