International

Tendance à la hausse des cours du pétrole

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5168 Le 14/12/2017 | Partager
Le Brent à plus de 60 dollars
Les prix sont dictés par l’offre et la demande et les risques géopolitiques
L'Opep anticipe un marché équilibré d'ici fin 2018
cours_petrole_068.jpg

Les prix du pétrole regagnaient du terrain, mercredi 13 décembre, en cours d'échanges européens. Ceci au moment où la fédération professionnelle de l'American petroleum institute (API) a fait état d'une baisse des réserves de brut. Hier dans la matinée, le baril de Brent a franchi le seuil symbolique des 60 dollars.

Quant au light sweet crude (WTI), il s’est négocié autour de 57,57 dollars. Faut-il s’attendre à une hausse durable des cours? Pour les experts, les prix du pétrole sont dictés par l’offre et la demande. Ils réagissent aussi aux risques géopolitiques.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a estimé que le marché du pétrole devrait avoir trouvé son point d'équilibre d'ici fin 2018.

Une année qui sera marquée par une solide hausse de la demande mondiale de pétrole. Sa croissance est ainsi estimée à 1,51 million de barils par jour (mb/j) en 2018, comparée à 1,26 mb/j jusqu'ici, pour atteindre 98,45 mb/j, indique l’Opep dans son rapport mensuel. Elle a été plus forte que prévu cette année.

Pour l’Organisation qui anticipe une solide croissance économique l’année prochaine (3,7% selon le FMI), l’expansion du secteur des transports devrait représenter l’essentiel de la croissance de la demande de pétrole. La production de brut l’année prochaine devrait pour sa part atteindre 33,2 mb/j. Un chiffre supérieur aux niveaux de production de cette année (32,8 mb/j), mais moins qu'anticipé jusqu'ici.

Les quatorze pays du cartel ont pompé un total de 32,45 mb/j en novembre, soit 133.000 barils par jour de moins qu'en octobre. Le déclin a surtout été marqué en Angola, en Arabie Saoudite, au Venezuela et aux Emirats Arabes Unis.
L'Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont renouvelé récemment jusqu'à fin 2018 un accord de baisse de la production.

Lequel vise à rééquilibrer le marché mondial et à redonner des couleurs aux prix du baril. Pour les pays non-Opep, l'offre devrait progresser de 0,99 mb/j pour atteindre un total moyen de 58,81 mb/j sur l'année 2018. La croissance devrait encore être forte aux Etats-Unis avec l'essor des pétroles non-conventionnels. Il faudrait s’attendre dans l’ensemble sur une nouvelle réduction des stocks mondiaux excédentaires, conduisant à un marché équilibré d'ici fin 2018.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc