Régions

Haut Atlas: On apprend à régénérer la terre à Anguelz

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5016 Le 04/05/2017 | Partager
Régénération du sol et transfert de connaissance aux villageois qui participent
Un site de démonstration qui pourrait devenir sur le long terme une destination touristique engendrant une activité économique supplémentaire
haut_atlas_anghels_016.jpg

La formation des agriculteurs participant au projet se fait à l’aide de cours théorique sous forme de documents, schéma, et explication des différents ouvrages et technique anti-érosion que l'on retrouve à travers le monde, avec démonstration sur place (Source: Radiant Design)

A 60 km de Ouarzazate, dans le petit village d’Anguelz, un douar de la commune de Telouat, un important projet agricole a démarré ce mois d’avril. Perché à une altitude de 1800 m et dominant la vallée verdoyante de l’oued «Asif Ounila», Anguelz subit de plein fouet les ravages de l’érosion.

Alors que le bas de la vallée accueille de splendides jardins aux arbres fruitiers, le haut subit les effets de l’érosion accentués par la succession des pluies diluviennes et la raréfaction de la végétation. Une érosion qui a dégarni cette partie de la montagne rendant l’agriculture très difficile pour les habitants du village. C’est dans ce contexte qu’un projet communautaire pour la régénération du sol a été initié par le village.

Proposé par une MRE originaire du douar, le projet a été élaboré en collaboration avec le bureau d’études Radiant Design, spécialisé dans le design et la réalisation de systèmes favorisant la durabilité des activités humaines et la régénération des écosystèmes, la commune de Telouat et les membres du douar.  

regenerer_la_terre_anguelz_016.jpg

Le projet consiste en des formations théoriques et pratiques au profit de 15 participants, tous issus du village afin de développer un site de démonstration de 1,5 ha accordé par les autorités locales. Agrémenté au fil de l’avancement des travaux d'un large éventail de techniques simples et ancestrales utilisées sur tous les continents, le projet deviendra sur le long terme un lieu de visite pour des personnes intéressées venant de l’extérieur.

Le site représentera ainsi un échantillon de ce qu'il est possible de faire localement avec peu de moyens techniques pour stopper l'érosion, favoriser la repousse de plantes sauvages, la récolte et l’emmagasinage d'eau de pluie pour des arbres et buissons pionniers. Cet aspect du projet pourrait être développé par la suite comme attraction touristique générant par la même occasion des activités économiques supplémentaires pour le village.

Bien que les travaux proprement dit n’ont démarré que la troisième semaine d’avril, la préparation de ce projet a commencé depuis plus d’une année, notamment pour le financement. Car ce qui caractérise ce projet, c’est qu’il est multi-dimensionnel et prend en considération les réalités socio-économiques sur le terrain. En effet, les participants au projet sont des agriculteurs du douar d’Anguelz qui vivent de leur travail dans les champs avoisinant le village.

angulez_carte_016.jpg

Le temps qu’ils vont consacrer à la préparation du terrain et la mise en place de tous les éléments nécessaires est pris sur le temps qu’ils consacrent d’habitude pour gagner leur vie. Il était donc important, pour la pérennité du projet, de compenser cette disponibilité par des revenus équivalents, habituellement sous forme de rémunération en journée de travail. «Le projet a plusieurs objectifs en parallèle à la régénération du sol.

Nous visons en effet à pérenniser les revenus des agriculteurs locaux en leur apprenant un savoir-faire pouvant être monétisé par la suite, soit autour du village soit dans d’autres projets du même genre», explique Frédéric Scholl, du bureau d’études Radiant Design. Le partage et la pratique de ces techniques entraîneront ainsi les participants à devenir à leur tour formateurs pour étendre l'influence du projet dans la vallée et au delà.

La première étape a commencé sur le terrain le weekend dernier avec, avec le début de la conception collégiale du site et des travaux de terrassement et agencement des pierres. La phase biologique commencera, quant à elle, le mois d’octobre prochain avec les premières plantations d’arbres fruitiers.

Techniques de régénération du sol

L’objectif d’un projet de régénération du sol est de trouver une méthode d’intensification agricole durable pour améliorer l’irrigation, augmenter la fertilité des sols, et contrôler les effets de l’érosion. Les zones montagnardes sont confrontées à des conditions climatiques uniques et difficiles à maîtriser pour l’agriculteur. Une contrainte qui nécessite l’adoption de techniques agricoles qui fonctionnent efficacement. Les méthodes utilisées s’inspirent ainsi de techniques ancestrales venant aussi bien du Maroc que d’autres régions comme la Mésopotamie ou l’Amérique du Sud.

De notre correspondante,
Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc