Régions

Stress hydrique: Le plan de bataille de l’Oriental activé

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4979 Le 13/03/2017 | Partager
Les premiers points d’eau ouverts ce lundi dans 4 communes rurales
1,86 milliard de DH pour les huit provinces de la région
Deux barrages prévus à l’horizon 2020
stress_hydrique_riental_079.jpg

Plusieurs départements et organismes ont mis leurs efforts en commun pour lutter contre le stress hydrique dans la région. Au total, une centaine de communes sont ciblées

La convention-cadre pour l’alimentation en eau potable des populations rurales commence à donner ses fruits. Et c’est au niveau de la province de Taourirt que les premiers bénéficiaires pourront dès ce lundi s’approvisionner en eau potable. Quatre communes rurales (Bni Zoulite, Oulad Nasser, Bni Maala et Ain Hammou), isolées et confrontées à d’énormes difficultés pour l’abreuvement de leurs cheptels, peuvent désormais satisfaire leurs besoins, via des points d’eau dédiés aux populations rurales. 14 forages sont programmés pour 2017 dans cette province.

Le premier d’entre eux, réalisé par l’Agence hydraulique du bassin de la Moulouya, est déjà opérationnel, au niveau de la commune de Bni Zoulite, avec un débit de 8 litres/seconde. Il répondra aux demandes d’une population estimée à 690 personnes, tout en assurant l’abreuvement de 6.000 têtes de cheptel. Sa capacité montera, à terme, à 1.500 personnes et 14.000 têtes de bétail. L’extension du réseau couvrira d’autres localités avoisinantes. Elle sera opérée par le Conseil régional de l’Oriental (CRO) et le ministère de l’Intérieur.

Cette nouvelle réalisation fait partie d’un programme intégré d’approvisionnement en eau potable des huit provinces de l’Oriental,  pour lequel 1,86 milliard de dirhams a été débloqué. Plusieurs partenaires sont engagés pour couvrir toutes les communes de la région en quantités suffisantes d’eau potable (voir illustration). Cette convention-cadre couvre la période 2016-2020 et repose sur la mobilisation des ressources en eau par la construction de deux barrages, l’alimentation en eau potable des communes rurales, le développement des zones pastorales, la création de points d’eau, l’assainissement liquide, la protection de l’environnement en milieu rural, la protection contre les inondations, la sauvegarde de l’environnement et des nappes phréatiques.

De son côté, le département des Eaux et Forêts mène des actions ciblées de lutte contre la désertification et l’érosion (500 millions de dirhams). Quant à l’intervention de la direction régionale de l’agriculture relative au développement des parcours, elle consiste en la transformation de 100 forages de prospection en forages d’exploitation, avec leur équipement en génie civil et en matériels de pompage pour 155 milions de DH.
De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc