×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Naïveté

Par L'Economiste| Edition N°:2350 Le 30/08/2006 | Partager

Après les verres ronds, les allumettes… voilà le tour des cahiers. Comme l’a montré notre enquête (L’Economiste du 28 août 2006), le marché marocain est largement tenu par les cahiers tunisiens. Il n’y aurait rien à redire à cela si l’on se trouvait dans le cadre d’une concurrence loyale. Mais nous ne sommes pas dans ce cadre et ce pour deux raisons: l’imprévoyance et la naïveté.L’imprévoyance vient de la loi sur le commerce extérieur: cette loi crée des organes qui n’ont pas fonctionné, prévoit des procédures inapplicables… En un mot, il est plus qu’urgent de la changer de fond en comble. Un seul exemple: lorsqu’un cas de dumping se produit, seule l’association professionnelle peut se plaindre, alors que dans l’association coexistent producteurs et importateurs! Autant dire que l’association est par nature paralysée… et que personne, jamais n’examinera une plainte pour dumping. Quant à lutter contre… Des pans entiers de l’activité industrielle marocaine disparaissent sous les coups du dumping, lequel est le contraire du commerce loyal. Cela fait plus de dix ans que cela dure, et nul ne réagit!A cela s’ajoute la naïveté. Celle-ci apparaît dans les relations inégales tissées avec Tunis. La Tunisie est un petit pays, où la politique économique est concentrée dans les mains de la présidence, et non pas, comme au Maroc, contenue dans les lois à portée universelle. Ainsi quand Tunis décide de favoriser un secteur spécifique ou même une entreprise particulière, personne n’ose s’y opposer. Au Maroc, ce régime de faveur est impossible, cela donnerait un scandale politique!Le résultat combiné de l’imprévoyance et de la naïveté c’est que Tunis peut décider ouvertement de refuser des produits en provenance du Maroc, ou pis, Tunis peut décider de détruire une branche industrielle marocaine, sans que Rabat puisse s’y opposer. Il est impératif et urgent de remettre les pendules à l’heure: il est vraiment stupide de laisser démolir notre outil industriel à cause de notre propre naïveté. Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc