×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    La lune et le doigt

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5559 Le 18/07/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Le proverbe est bien connu mais si, pour une fois, on le regardait ce doigt. Et de près.

    L’économie du savoir, le développement de la créativité, l’audace de l’innovation, la suprématie de la compétence… Et combien d’autres expressions répétées partout, tout le temps, par tout ce que le pays compte d’hommes et de femmes politiques…

    Tout ça, tant de mots et d’air usés, pour un effet si décevant.  Pour un doigt si décevant.

    Les mêmes phrases copiées les unes sur les autres, depuis des années, sont fatigantes: les auteurs-copieurs-parleurs n’ont même pas la stature de faire ce qu’ils conseillent. Savent-ils qu’un cinquième des travailleurs du Maroc n’ont aucun diplôme et qu’un tiers des diplômés sont sans travail. Alors de quoi parle-t-on?

    Chaque citoyen le voit parfaitement: nul ne lui  rendra compte de ces matelas d’idées usées.

    En vérité, ces  mots vides et épuisés ne démontrent qu’une chose: celui qui parle ne sait pas de quoi il parle. Dit autrement, de ces fameuses compétences appelées par les discours… il n’y en a guère dans les bouches qui en causent.

    Faisons le compte ensemble: depuis combien de temps entendons-nous ces discours? Deux douzaines d’années. Avons-nous remarqué, par exemple, que les classes qui ont eu très tôt des ordinateurs sont meilleures que les autres? Non. Celui qui fait vraiment la différence c’est le prof. On le sait depuis l’antiquité grecque.

    On continue pourtant et avec l’acharnement de l’incompétence à faire une magnifique pub gratuite aux fabricants, oubliant de primer les bons profs (il y en a) et de sanctionner les absents ou les négligents (il y en a encore plus).

    A ce rythme-là, l’incompétence elle-même finit par déserter les podiums, laissant sa place au mépris.

    Le proverbe a tort: c’est la lune qui cache le doigt. Or, bien naïvement, la démocratie politique s’en contente à moins qu’elle ne s’en éblouisse.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc