×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    At Home

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4969 Le 27/02/2017 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Joli coup. La candidature de Rabat à la Cedeao restera sans doute comme un moment fort de la construction africaine. Pour ceux qui suivent le parcours du Maroc depuis quelques années, ce sera plutôt une évolution et une suite logique. En attendant que le Maghreb mette de côté les disputes pour le leadership régional, il faut bien prendre son avenir en main et il s’écrit au Sud… Il y a une prise de conscience grandissante à l’échelle du continent: les marchés pris isolément ne sont pas viables mais la mutualisation change les perspectives. Le cynisme du nouvel ordre économique mondial a beaucoup contribué à cette lucidité.

     

    L’asymétrie des règles du jeu au niveau international est une réalité et l’Afrique est l’une des principales victimes des externalités négatives imposées par les grandes puissances. L’OMC avait bien promis au départ  de corriger les  déséquilibres. Au lieu de ça, elle est devenue une grande vitrine d’injustices commerciales, où clauses et protectionnisme, à visage découvert ou pas,  profitent en premier lieu aux pays européens et aux Etats-Unis...

    La crise financière, doublée de thérapies  controversées du FMI, a fait le reste, sapant définitivement le consensus autour de la mondialisation et ses supposés bienfaits. Ce statu quo a beaucoup contribué à retarder le décollage de l’Afrique. L’unité peut aider à vaincre le signe indien et il faudra pour cela continuer de travailler ensemble à supprimer des oripeaux toujours encombrants. A commencer par le syndrome de Stockholm de la colonisation, dans une région où le meilleur moyen pour se déplacer d’un pays africain à un autre  reste encore de passer par Paris, Dubaï ou Londres.  Ce n’est pas aussi simple, mais le boulot peut être parfaitement réalisé à partir d’ici. At Home.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc