×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Dérives et défiances

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5671 Le 08/01/2020 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Un moment après avoir frappé, le père de famille ouvre doucement la porte marquée Dr. XXX. «Affak…». «Ah non! Dehors!! Il faut attendre!!». «Il n’y a personne et ma fille est…» «J’ai dit dehors! Il faut attendre».

    Attendre quoi, au juste? D’avoir pris rendez-vous au secrétariat (ou graissé la patte?)? Secrétariat où il n’y a personne? Attendre? Ce n’est rien d’autre qu’un abus de pouvoir bien souligné, voire une réminiscence féodale pour bien montrer qui est le maître.

    «Le Ramed? Je vous jure sur la tête de ma mère que cela ne marche pas, en tout cas pas pour les petites gens». Ce n’est pas une mais dix, vingt personnes qui vous l’affirment après avoir tenté de faire soigner un ou une pauvre à l’hôpital public. Rien qui ressemble à un service public bien géré… Qui le fut, il y a longtemps.

    Combien de départements fonctionnent-ils sur ce modèle? Pas tous évidemment, mais ceux-ci sont suffisants pour détruire les liens sociaux.

    Autre sujet, la Samir. Au départ, la privatisation a été mal faite. L’Etat avait besoin d’argent, trop besoin… Il a fermé les yeux sur ce qui s’y passait, spécialement sur l’empoisonnement des Marocains par les particules de pollution. Il faudrait que les familles réclament un dédommagement pour les maladies pulmonaires de leurs enfants.

    En attendant, la Samir accumule la rouille et les frais. La judiciarisation du dossier n’a fait qu’embrouiller les choses. Seul le gouvernement peut sortir de l’impasse… Comme l’avait fait Jettou face aux faillites des entreprises publiques agricoles. Mais Jettou, lui, a le sens de l’intérêt collectif.

    Et puis les spoliations foncières qui traînent, traînent… en tentant de faire croire que tout est sous contrôle. Et puis ce gamin de 18 ans mis en prison pour trois ans, pour avoir échangé une chanson, et puis, et puis…

    La Commission du nouveau Modèle s’occupera-t-elle de ce qui produit toutes ces dérives ou bien est-ce de trop petites choses pour ses ambitions?

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc