×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Volkswagen repasse dans le vert

Par L'Economiste | Edition N°:2229 Le 08/03/2006 | Partager

. 20.000 emplois seront supprimés d’ici 3 ansLa division Volkswagen (marques VW, Bentley, Skoda, Bugatti), le vaisseau amiral du groupe automobile allemand, est repassée dans le vert l’an dernier avec un bénéfice d’exploitation de 638 millions d’euros, selon des chiffres publiés mardi 7 mars. La division avait essuyé une perte d’exploitation de 25 millions d’euros l’année précédente. Elle a profité l’an dernier des réductions de coûts et du retour à l’équilibre de la marque vedette VW, indique le groupe allemand dans son rapport d’activité.L’autre enfant à problèmes du constructeur, la division de véhicules utilitaires, est revenue elle aussi à l’équilibre avec un bénéfice d’exploitation de 102 millions d’euros contre une perte de 144 en 2004. La division haut de gamme Audi (marques Audi, Seat Lamborghini), principal moteur de croissance du constructeur, fait beaucoup mieux avec un bénéfice d’exploitation de 1,22 milliard d’euros. Volkswagen avait déjà publié ses principaux chiffres sur l’exercice écoulé. Grâce aux réductions de coûts, le bénéfice net a grimpé de 60,7% à 1,12 milliard d’euros. Le bénéfice d’exploitation avant exceptionnels, qui sert d’étalon pour les prévisions internes du groupe a grimpé de 54,3% à 3,1 milliards d’euros pour un chiffre d’affaires de 95,26 milliards d’euros en hausse de 7,1%.Pour 2006, le constructeur mise sur une «légère hausse» du chiffre d’affaires et des ventes unitaires et une hausse du bénéfice d’exploitation avant exceptionnels.Dans le cadre de sa restructuration, Volkswagen avait annoncé la mois dernier qu’il envisageait de supprimer au total près de 20.000 emplois d’ici 3 ans. La restructuration des usines de composants (moteurs, colonnes de direction etc...), qui pourraient être externalisées, s’inscrit au coeur de ce processus, a réaffirmé le patron de Volkswagen, Bernd Pischetsrieder, lors d’une conférence de presse à Wolfsburg (nord). Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc