×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Une étude du CERED brise le tabou de l'avortement

Par L'Economiste | Edition N°:462 Le 12/03/1999 | Partager

·35% des femmes ont avorté au moins une fois
· La perception de l'IVG dépend de l'âge et du niveau d'instruction
·La moitié des cas qui ont subi une IVG n'informent pas leur famille


L'avortement est en usage au Maroc. L'information qui était jusque-là officieuse est rendue officielle. Les chiffres publiés dernièrement par le Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques, même s'ils ne rendent pas compte de l'ampleur du phénomène en raison du manque de données, confirment l'existence des interruptions volontaires de grossesse (IVG). Selon les cas, l'IVG est justifiée soit par les difficultés à entretenir les enfants, soit par l'illégitimité de la grossesse.
Ainsi, selon une étude réalisée à Fès et Agadir auprès d'un échantillon de 473 femmes, 35% des femmes âgées entre 15 et 50 ans ont eu au moins une fois recours à l'avortement. Les femmes célibataires sont nombreuses à interrompre leur grossesse, puisque 54% de celles concernées par l'enquête ont eu recours à l'avortement.
Quant à la répétition de l'avortement, elle concerne 21% des femmes. Ces dernières ont eu recours au moins deux fois à l'avortement. Alors que 79% l'ont pratiqué au plus une seule fois selon un échantillon de 508 femmes enquêtées en milieu hospitalier à Rabat.
Par ailleurs, l'avortement est un "acte désapprouvé par les femmes marocaines", soulignent les enquêteurs.

Effet réducteur


Les avis restent toutefois partagés selon l'âge et le niveau d'instruction. Ainsi, seules les femmes âgées de moins de 30 ans et celles qui se sont déjà fait avorter l'approuvent. Aussi, plus de 60% des femmes ayant un niveau secondaire ou plus sont pour l'avortement "si la vie de la femme est en danger" et 45% "si l'enfant présente des risques de handicap à la naissance".
Toutefois, l'étude révèle que trois femmes sur quatre ne sont pas informées sur les risques et les complications de l'avortement tels que les hémorragies abondantes et l'infection ovulaire. Cet acte reste tabou tant sur le plan de la religion que de la loi. De plus, près de 50% des cas qui ont eu recours à l'IVG n'en informent pas leur famille et 47% des femmes avortées ont eu recours à l'assistance de personnes étrangères à leur famille et voisinage", indiquent les enquêteurs. Selon les enquêteurs, l'IVG constitue un problème de santé en raison des risques de mortalité et de morbidité qui lui sont liés. Ainsi, selon l'OMS l'avortement illégal est une des causes majeures de la mortalité maternelle et il est responsable de plus de 150.000 décès chaque année. Quant à l'impact de l'avortement sur la fécondité, il reste "faible mais il n'est pas marginal", soulignent les enquêteurs. De plus, un léger accroissement de l'effet réducteur de l'avortement sur la fécondité a été constaté au début des années 1990. Ainsi, l'indice de l'effet de l'avortement sur la fécondité est passé de 0,967 en 1987 à 0,856 en 1992. Cependant, comparativement avec d'autres pays, le Maroc se situe entre l'Egypte et la Jordanie qui ont des indices respectivement de 0,821 et 0,941.


Dispositions pénales


Le Code Pénal interdit l'avortement "comme principe" et le sanctionne dans les articles 454 et 449 respectivement quand il est effectué sur soi-même et quand il est réalisé par autrui. Dans les deux cas de figures, des peines d'emprisonnement sont prévues par la loi. Il est interdit même si la femme est consentante. Reste que la législation autorise l'avortement si la vie de la femme est en danger et qu'il soit "ouvertement pratiqué par un médecin ou un chirurgien avec l'autorisation du conjoint", stipule l'article 453 du Code Pénal.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc