×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un plan pour transformer les gares en véritables points de repère dans les villes

Par L'Economiste | Edition N°:462 Le 12/03/1999 | Partager

· 60 millions de DH pour moderniser les gares
· Des activités commerciales seront redynamisées autour des gares
· Est également prévue la clôture des gares en milieu rural qui s'étalera sur 8 ans


«Les gares ferroviaires sont de véritables lieux de rencontre. Il faut bien les aménager pour le bien-être des voyageurs». M. Mohamed Soufi, directeur central des Installations Fixes à l'ONCF (Office National des Chemins de Fer) présente le programme de rénovation des gares en stade d'exécution.
Le budget global consacré à ce programme avoisine les 60 millions de DH. Ce montant comprend également la clôture des gares en milieu rural. "Ceci est important pour la sécurité des voyageurs en attente dans les gares ainsi que pour le maintien des installations de l'ONCF en bon état", explique M. Soufi. Le programme de clôture des gares a été entamé début 1998 et sa réalisation est prévue sur 8 ans. Les collectivités devront prendre en charge une partie du financement. Des discussions sont en cours avec des responsables communaux pour fournir ou libérer des terrains à proximité des gares en vue de les clôturer.
Rabat-ville, Meknès, Sidi Kacem, Settat, Fès-Bab Fettouh, Taourirt, Laâyoune sont les premières gares concernées par le projet de modernisation. Des escaliers roulants ont été installés à la gare de Rabat-ville. L'investissement pour ces installations a coûté près de 20 millions de DH, précise M. Soufi qui assure que l'Office est prêt à discuter avec tout investisseur privé ayant un projet intéressant la gare. D'ailleurs, un appel d'offres a été lancé pour couvrir entièrement la gare de Rabat-ville et construire des locaux professionnels au-dessus.
Pour l'ONCF, les gares ont un rôle dynamique dans les villes. Ce sont des points de repère pour les gens, et beaucoup s'y donnent rendez-vous. Les clients n'y viennent pas uniquement pour acheter leur ticket et attendre le train. Ils peuvent bien y trouver des restaurants, bureaux de tabac, pâtisseries, agences de voyages, sociétés de location de voitures, pharmacie... Dans certaines gares, il y a même des guichets automatiques de banques.
Des publiphones ont également été installés dans des gares. Une convention a été signée entre l'ONCF et la société Afric Phone pour doter les gares de l'ONCF en moyens de télécommunications. Des trains ont été également équipés de publiphones à bord.


La gare de Tanger déménagera en mai


La gare de Tanger ne sera plus à proximité du port. Les voyageurs devront à partir du mois de mai prochain se déplacer jusqu'au Quartier Moghogha (sortie de Tanger vers Tétouan) pour prendre le train. "Ce sera une gare provisoire", indique M. Mohamed Soufi. Mais le provisoire risque de durer, puisque l'aménagement de la future gare (définitive) est tributaire de l'état d'avancement du projet de renouvellement de l'assainissement de la ville de Tanger, lequel projet n'est pas encore à l'ordre du jour.
Le transfert de la gare s'explique selon les responsables de l'ONCF par des raisons de sécurité. Le train traverse toute la ville avant d'arriver à la gare et présente donc un danger pour la population. Le risque d'accident augmente, surtout pendant l'été. Pour se rendre à la plage, les habitants de la ville sont obligés de traverser la voie ferrée.
Ce transfert présente aussi des inconvénients. La nouvelle gare est éloignée du centre-ville. Un risque aussi pour l'ONCF de perdre des clients qui opteraient pour d'autres moyens de transport.
Il était question au départ de maintenir la gare dans son lieu actuel en "l'enterrant". La voie ferrée devait aussi passer par un tunnel souterrain, explique M. Moha Khaddour, directeur de la Voie à l'ONCF. Mais en raison de son coût élevé le projet a été abandonné.

Hicham RAÏQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc