×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Un plan d'action pour la promotion de la PME

    Par L'Economiste | Edition N°:145 Le 15/09/1994 | Partager

    par Bouzid AZZOUZ

    L'investissement PME se dirige vers certains secteurs et régions et en négligent d'autres. Une stratégie devrait être adoptée pour répandre ce type d'entreprise, fondée sur la formation et le financement.

    La promotion de l'entreprise en général et de la PME/PMI en particulier est d'actualité. Le rôle qu'elle peut assumer dans le développe ment local, la synergie qu'elle peut générer sur le plan régional et les effets d'entraînement qu'elle peut provoquer en contribuant au développement et à la vulgarisation de l'esprit de la libre entreprise au Marocne ne sont plus démontrer. En effet, le phénomène PME, apparu au début des années 70 sous une forme discrète, est devenu au Maroc une institution socio-économique depuis le début de la décennie 80.

    Depuis près de 18 ans, des efforts louables ont été investis et des résultats concrets ont été réalisés. Mais beaucoup reste encore à faire.

    La problématique provient du déséquilibre relevé au niveau des investissements réalisés dans le secteur PME et ce, sur les plans régional et sectoriel.

    En effet, les résultats dégagés par l'expérience PME au Maroc sur la période s'étalant de 1972 à 1989 sont très édifiants et montrent qu'il y a un déséquilibre qu'il faut corriger sur les plans sectoriel et régional.

    Pour observer les résultats de l'expérience PME au Maroc entre 1972 et 1989, sur le plan sectoriel, nous avons pris les trois premiers secteurs sur plus de 20 secteurs :

    Une lecture des données chiffrées absolues et relatives permet d'établir des rapports entre les agrégats retenus, à savoir: opérations, investissements, population et superficies. Deux secteurs et deux régions monopolisent l'essentiel des investissements. Cependant, au préalable il convient de lever un quiproquo ou un amalgame possible, et ce en délimitant le concept promotion. La promotion dans la présente réflexion n'est pas prise dans le sens étriqué du terme, c'est-à-dire chercher les clients pour leur proposer des produits à avantages différentiels: prix réduits, qualités supérieures, vente à crédit sans intérêts, octroi de crédits avec des facilités spécifiques.

    Le concept retenu répond à une dimension plus large, c'est la promotion stratégique fondée sur un pôle de développement régional et national: la PME.

    Deux méthodes d'approche nous ont apparu indiquées:

    La première approche descriptive devrait se contenter de constater l'existant et de prévoir le réalisable et le possible.

    La seconde approche dynamique se soucie de la mise en place des pôles de développement. C'est celle-ci que nous avons privilégiée et que nous nous proposons d'exposer. L'approche dynamique fondée sur la mise en place et l'institution de pôles de développement doit per mettre la mise en relief de pôles susceptibles de valoriser les PME, de les dynamiser et d'en faire la pièce maîtresse dans le développement régional et par conséquent national. Pour ce faire, quatre axes ont été retenus.

    1- Cadre pédagogique

    L'encadrement des PME est un besoin réel. Nous constatons la naissance un peu partout au Maroc d'une multitude d'associations déjeunes promoteurs créées par des volontés désintéressées mais portant dans leur coeur des sentiments profonds pour le développement de leur pays.

    La promotion stratégique commence par la formation et l'information.

    - Formation

    a) Culture d'entreprise

    L'une des priorités est de centrer es efforts sur l'inculcation de la culture d'entreprise (culture entrepreneuriale) et de l'esprit de la libre entreprise à tous les jeunes, pépinière de création de PME, au niveau des universités et écoles de formation professionnelle, parallèlement à la mobilisation des circuits parallèles influant notamment le réseau des mass-médias.

    b) Gestion

    Les promoteurs des PMF ignorent comment gérer leurs unités: de la tenue de la comptabilité aux déclarations fiscales en passant par l'organisation commerciale et la négociation de marchés de travaux.

    Pour pallier ces insuffisances, un programme de formation devra être mis en place à l'attention des promoteurs des PME:

    Divers débats animés par des professeurs.

    Séminaires de formation sur les procédures de constitution des sociétés, des méthodes de gestion.

    Interformation : Organiser des réunions entre des promoteurs de PME dans le cadre de rencontres (dynamique de groupe, brainstorming)

    Visites d'entreprises dans les autres provinces du Royaume et à l'étranger

    - Information

    La réussite de la PME ne peut être entière et effective si son promoteur n'est pas informé.

    S'il est vrai que l'information doit être recherchée, il n'en demeure pas moins vrai qu'il faut qu'il y ait cette prise de conscience de I ' utilité de I ' in formation, de sa qualité, de sa nature et de sa disponibilité.

    Or, beaucoup de promoteurs de la PME ignorent: - comment créer une société et à qui s'adresser;- l'existence des formules de financement PME-PMI;

    2- Cadre territorial

    - Régionalisation:

    La P.M.E. est la pièce maîtresse dans le développement régional.

    Afin de permettre: la valorisation des richesses locales, il faut permettre le développement des villes moyennes en les liant par un solide réseau routier aux grandes villes et installer dans ces villes moyennes des zones industrielles ou au moins des zones d'activité de 5 à 10 hectares.

    - Décentralisation

    Si l'administration publique a fait de grands pas dans ce sens, nous croyons qu'il appartient au secteur privé de faire autant. Ce qui permettra la naissance de PME sous-traitantes en relation avec les grandes indus tries.

    Les banques de leur part doivent également aller dans ce sens par la mise en place de comités de crédits à pouvoirs décentralisés en mesure d'octroyer des crédits à hauteur de montants de crédits à arrêter. Les banques régionales peuvent être autorisées à octroyer des crédits à hauteur de 3.500.000DH (formule PME Bank Al-Maghrib) et des crédits jeunes promoteurs ( 1.000.000 x 3).

    3- Synergie institutionnelle

    - Banque de données

    Il y a lieu de procéder à la création et à la mise en place de banques de données de projets régionaux à partir d'un diagnostic dégageant les capacités et les ressources humaines, les matières premières, les besoins locaux et nationaux, etc.

    Ce diagnostic va permettre un dé passement de la désarticulation des investissements sectoriels (trois secteurs prépondérants entre 1972 -1989 sur plus de 20 secteurs)

    - Développement des PME

    Presser le développement des unités PMI existantes par un financement et un encadrement plus performant afin qu'elles créent l'emploi valorisant les richesses locales et permettant aux ressources humaines de s'épanouir.

    - Sociétés de Développement Régionales

    Il y a lieu de s'orienter vers la création de sociétés de développe ment régionales.

    Ces sociétés seront les outils socio-économiques vouées à s'intégrer dans un dispositif régional et national plus vaste.

    Ces trois actions constituent le noyau d'une force régionale pour la concrétisation d'opérations de développement économique.

    - Partenariat

    La coopération inter-industrielle entre les PME d'une part et entre; celles-ci et les grandes industries d'autre part sur le plan national et international est un facteur synergique d'importance capitale pour la promotion du secteur PME marocain.

    Aussi importe-il de créer des circuits d'information, d'échange d'expérience et de coopération technique.

    Les opérations de partenariat devraient permettre un développement organisé et maîtrisé de l'industrie nationale et un développement des capacités respectives dans les meilleures conditions.

    4 Cadre fiscal et financier

    - Sur le plan fiscal

    Les avantages fiscaux accordés aux PME par le code des investissements 1983 sont exactement les mêmes que ceux accordés aux grandes entreprises à trois différences près:

    Exonération du droit d'importation sur les équipements importés par les créations en zone 2;

    Droit d'enregistrement et de timbre pour les créations en zone 2;

    Prime pour création d'emplois dans les 4 zones d'investissements.

    Par ailleurs, il y a lieu de revoir la définition de la PMI retenue par l'article 3 du code d'investissements de 1983: total équipement de 5.000.000DH et coût par emploi de 70.000DH depuis 12 ans.

    Ces données chiffrées sont actuellement largement dépassées.

    - Sur le plan financier

    La meilleure promotion stratégique passe par une réduction du poids des frais et charges d'exploitation:

    Le taux d'intérêt des PME devrait être repensé afin de contribuer à améliorer la rentabilité.

    Réduire le coût du téléphone, télex, fax à l'installation et à la consommation.

    La réalisation d'un plan d action s'articulant et reprenant notamment les principaux axes que nous proposons est une urgence et une nécessité impérieuse. Une stratégie appropriée fondée sur une action homogène, cohérente et concentrée est devenue une voie incontournable. Pour ce faire, une institution d'encadrement, de réglementation, de coordination et de suivi devient une nécessité urgente, une institution officielle chargée de la PME par exemple qui puisse insuffler un souffle promotionnel, fondée sur l'édification d'une plate-forme institutionnelle et infrastructurelle telle que nous la suggérons. Il reste établi que ce plan d'action est tributaire et demeure hypothétique aux conditions contextuelles positives, à une évolution favorable du cadre administratif général et à un mûrissement progressif de la société civile dans sa mutation vers une société économique organisée et développée.

    * Responsable du département PMI à la Banque Nationale pour e Développement Economique; président fondateur de l'Association des Jeunes Entre preneurs et Promoteurs de Taounate (AJEPT); vice président de l'Association de Taounate-Ouardzagh pour le Développement (ATOD)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc