×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Un fonds de garantie pour le programme Ibhar

Par L'Economiste | Edition N°:2832 Le 01/08/2008 | Partager

. Doté d’un budget de 261 millions de DH. Sa gestion est confiée à la Caisse centrale de garantieIbhar est désormais opérationnel. Trois conventions ont été signées, mardi 29 juillet à Rabat, pour le financement de ce programme dédié à la pêche côtière et artisanale. Couvrant la période 2008-2012, ce programme va nécessiter un investissement global de 5 milliards de DH.Les conventions signées permettent la mise en place d’un fonds de garantie en faveur de la pêche côtière, dont la gestion a été confiée à la Caisse centrale de garantie (CCG). «L’Etat versera une dotation de 261 millions de DH destinée à couvrir 60% d’un montant global de crédits bancaires de 2,17 milliards de DH», explique Houcine Itaoui, directeur général de la CCG.«Cette convention permettra de garantir les crédits bancaires en faveur des entreprises du secteur de la pêche côtière éligibles au programme Ibhar», a précisé Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances lors de la cérémonie de signature. Selon lui, le lancement de ce fonds va permettre de donner un coup de pouce au secteur de la pêche côtière. Il vise ainsi à permettre aux armateurs de financer soit les programmes de mise à niveau ayant pour objet l’amélioration des équipements des navires de moins de 15 ans, soit les programmes de modernisation portant sur le remplacement des bateaux de plus de 15 ans. Ce fonds pourra ainsi bénéficier à toute personne physique ou morale opérant dans le secteur, ayant obtenu l’accord du département des Pêches maritimes pour le financement de la mise à niveau de ses navires.Les deux autres conventions régissent les conditions et les modalités d’utilisation du fonds de garantie en faveur de la pêche côtière. Elles ont été signées par la CCG, la Banque centrale populaire et le Crédit agricole, d’une part, et le département de la Pêche maritime et l’Office national des pêches, d’autre part. Il s’agit de fixer les conditions de déblocage des subventions et d’accès aux crédits bancaires par les armateurs éligibles à ce programme et de permettre la mise en œuvre du fonds de garantie auprès des banques. Ces trois conventions interviennent un mois après la signature de l’accord-cadre fixant les modalités de mise en œuvre du programme. La participation de l’Etat à Ibhar s’élève à environ 1 milliard de DH. 740 millions DH seront destinés à l’appui direct et 261 millions de DH sous forme de garantie des crédits bancaires. Les 4 milliards de DH restants étant constitués de fonds propres et de crédits bancaires.«Nous n’avons pas été associés à cet événement», tient à préciser Abdelmajid Smires, président de la Fédération nationale des associations des armateurs de la pêche côtière. Smires appelle tout d’abord à l’application des accords pris dans le cadre de la dernière grève observée par le secteur (cf. www.leconomiste.com). A noter que ce programme vise l’amélioration de la qualité des captures et des conditions de travail, de vie et de sécurité des équipages embarqués. Les pêcheurs qui travaillent dans le secteur de la pêche côtière et artisanale sont estimés à quelque 100.000 personnes dans 1.800 navires côtiers et 16.000 embarcations artisanales. Ibhar a pour objectif une meilleure adéquation entre le type de flotte et la ressource, l’amélioration des conditions de travail et de sécurité des marins pêcheurs, l’introduction d’une nouvelle conception de construction navale favorisant l’optimisation des espaces de conditionnement et d’entreposage des captures. Le secteur a enregistré une performance jamais égalée par le passé au 1er semestre 2008. Le volume des débarquements des produits de la pêche artisanale et côtière a atteint 296.000 tonnes d’une valeur estimée à 2,3 milliards de DH.Saad Souleymane BOUHMADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc