×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Un conseil monétaire pour les pays du Golfe

Par L'Economiste | Edition N°:2250 Le 06/04/2006 | Partager

. Prélude à la banque centrale commune et la monnaie uniqueLES gouverneurs des banques centrales des riches monarchies pétrolières du Golfe sont parvenus à un accord de principe mardi 4 avril en vue de constituer un conseil monétaire, prélude à une banque centrale commune, a annoncé le gouverneur de la banque centrale du Koweït.Cheikh Salem Abdel Aziz al-Sabah a déclaré à l’agence officielle Kuna que ce conseil débutera en 2008, puis deviendra la banque centrale du Golfe, une étape indispensable afin de lancer une monnaie unique dans cette région.La décision a été prise lors d’une réunion tenue dans la capitale des Emirats d’Abou Dhabi, par les gouverneurs des banques centrales des états membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui considèrent des mesures additionnelles afin de préparer les politiques fiscales des 6 Etats au lancement de la monnaie unique en 2010.Un comité pour étudier les détails techniques de la monnaie unique proposée a également été formé, et les gouverneurs se sont accordés sur plusieurs critères économiques et monétaires nécessaires pour parvenir à l’union monétaire et à la monnaie unique, selon Cheikh Salem.Ces critères touchent notamment l’inflation, les taux d’intérêt, le taux de déficit du budget annuel, le rapport entre dette publique et le produit intérieur brut (PIB) et les réserves, a-t-il précisé.Le Fonds monétaire international (FMI) avait exhorté les pays du CCG à coordonner leurs politiques fiscales, estimant que, par une politique monétaire centralisée, une discipline fiscale incluant une réduction de la dette publique, serait cruciale.Les six monarchies du Golfe (Arabie saoudite, Koweït, Emirats arabes unis, Qatar, Oman et Bahreïn) ont conclu un accord d’union douanière, officiellement entré en vigueur le 1er janvier 2003 mais ont décidé de prolonger de deux ans le délai d’application totale de cette union, jusqu’à la fin 2007.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc