×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

UE: La «liste noire» des compagnies aériennes

Par L'Economiste | Edition N°:2236 Le 17/03/2006 | Partager

. Des interdictions de vol sont à prévoir. La liste sera disponible d’ici le 23 marsLES 25 viennent de dresser leur première «liste noire» de compagnies jugées dangereuses. «Ces dernières seront à l’avenir entièrement ou partiellement interdites de vol dans l’Union européenne», a déclaré le commissaire européen aux Transports. Les noms de ces compagnies devraient êtres publiés d’ici au 23 mars. En attendant la Commission doit officiellement entériner à l’unanimité la décision prise le 15 mars par les experts de la sécurité aérienne des 25. La liste noire des compagnies aériennes se substituera à celles que chacun des 25 avait établies. Les critères reposent sur les résultats des contrôles effectués dans les aéroports européens. Parmi ces critères l’utilisation d’avions mal entretenus, vétustes ou dépassés. Pour établir cette liste, les experts ont utilisé les informations fournies par chaque pays membre sur ses propres interdictions d’exploitation et restrictions opérationnelles. Les interdictions de vol peuvent viser les compagnies qui ont des droits de trafic dans l’UE. Mais elles peuvent aussi indirectement toucher les sociétés possèdant des appareils qui peuvent êtres utilisés en leasing par les premières. La liste, qui sera consultable notamment sur le site internet de l’UE, devrait aussi être utile aux Européens qui voyagent en dehors de l’Union. Les 25 ne peuvent pas interdire de vol une compagnie n’ayant pas de droits de trafic dans l’UE, mais peuvent conseiller de ne pas l’utiliser.En février, la France avait notamment proposé d’inscrire sur cette liste Phuket Airlines (Thaïlande), International Air Services (Liberia), Air Koryo (Corée du Nord) et Air Comores. Les Britanniques ont aussi proposé Phuket Airlines, aux côtés d’Air Mauritanie et de Phoenix Aviation (Kirghizstan). L’UE se réserve le droit d’interdire toutes les compagnies d’un pays à condition que ce dernier soit incapable de contrôler efficacement ses compagnies. Les passagers qui ont acheté un voyage prévoyant des vols en dehors de l’UE auront en outre droit à un remboursement ou un réacheminement, si leur transporteur est placé sur la liste noire après l’achat du billet. Après les accidents de l’été 2005, le principe d’une liste noire commune s’était peu à peu imposé. Les pays membres garderont cependant toujours la possibilité «dans certains cas exceptionnels, d’agir au niveau national», en cas d’urgence ou pour «répondre à un problème de sécurité qui affecterait de manière spécifique un Etat», a rappelé mercredi la Commission européenne du transport. La liste noire commune sera mise à jour «à chaque fois que nécessaire et au moins tous les trois mois», pour ajouter ou retirer des compagnies qui se seraient conformées aux normes de sécurité exigées.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc