×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Troisièmes Assises de la PME
Abattements fiscaux pour le premier emploi

Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

. Le Premier ministre promet la disposition pour 2006. Les entreprises transparentes accèderont facilement aux financements Coup d’envoi, jeudi 10 novembre, à Casablanca, des 3es assises de la PME. Driss Jettou, le Premier ministre, a ouvert le bal des interventions par un long liminaire sur l’importance de la PME dans l’économie marocaine et l’engagement du gouvernement dans plusieurs réformes pour améliorer son environnement immédiat. Mais aussi sur le travail accompli par le patronat, notamment la Fédération de la PME-PMI (FPME). Le Premier ministre a fait une annonce importante pour le monde de l’entreprise concernant «le relèvement du salaire imposable pour le premier emploi, dont la durée peut aller jusqu’à 24 mois». C’est un ancien vœu du patronat que Driss Jettou promet d’exaucer en 2006. Voilà pour l’officiel. Mais l’événement a été créé par les banques. Othmane Benjelloun, président du GPBM (et président de Finance.com) a présenté le partenariat-phare de ces assises: la convention banques/FPME. Proximité, transparence et facilitation des services sont les trois piliers qui fondent leurs relations (cf. L’Economiste du 10 novembre 2005). Des chargés d’affaires sont prévus dans les agences bancaires, «véritable moteur de cette proximité», selon Benjelloun, pour accompagner la PME dans l’identification de ses besoins et la concrétisation de son programme de financement. Farida Moha (de la CDG), la modératrice, s’est interrogée sur l’efficacité de l’action régionale des banques et leur capacité à offrir des services spécifiques pour les PME. Elle brandit la faiblesse du taux de bancarisation du pays pour pointer l’incapacité des banques à déployer une stratégie efficace de produits et services pour coller à la réalité du terrain. La clé de réussite de ce nouveau partenariat est la transparence, comme le répètent les banquiers. Othmane Benjelloun dans son intervention a réitéré l’engagement des banques autour «d’une cause économique commune et prometteuse pour l’économie, à savoir l’encouragement et le développement des PME, dont les plus transparentes ont bénéficié sans relâche et continuellement de concours bancaires».Une autre réponse est apparue dans l’intervention de Noureddine Omary, PDG du Groupe Banques Populaires, qui a été félicité par la FMPE pour son travail d’accompagnement des PME dans les régions. «Le groupe est en effet à l’origine de 65% des financements octroyés aux petites entreprises», a relevé Kassal. Ce n’est pas tout, le PDG du Groupe Banques Populaires annonce la création de plusieurs représentations de la Banque Populaire dans le pourtour méditerranéen et en Afrique pour accompagner les entreprises exportatrices sur ces marchés. La réflexion est consommée, la banque devant passer incessamment à la phase de concrétisation. Des représentations qui feront l’essentiel du travail de prospection et de mise en relation des PME ainsi que de financement de leurs opérations. Exactement ce que vient de lancer Attijariwafa bank en Chine.B. E.Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc