×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Transport des matières radioactives: l'approche marocaine

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    Afin d'assurer une meilleure compréhension du transport des matières dangereuses et de "protéger les hommes, les biens et l'environnement", l'IMEC a organisé, le 28 Septembre, sous l'égide du Ministère du Commerce, de l'Industrie et de la Privatisation, une journée nationale du transport des matières dangereuses. Le transport des matières radioactives, avec l'approche marocaine, a également été l'une des préoccupations de cette journée nationale.

    Le transport des matières radioactives ne représente qu'une petite partie du total du mouvement du transport international. Il n'en reste pas moins que l'on estime à plusieurs millions le nombre de colis contenant des matières radioactives transportées chaque année sur l'ensemble de la planéte.
    Les matières radioactives se répartissent en deux catégories. Il s'agit tout d'abord des sources de rayonnement et les produits chimiques marqués destinés à des fins médicales, techniques et scientifiques. Il s'agit ensuite des matières qui interviennent dans la production d'énergie électrique, y compris les matières fissiles qui servent de combustibles et les déchets nucléaires sous diverses formes.
    Les matières radioactives en cours de transport présentent quatre grands dangers, indépendamment des dangers classiques liés aux propriétés non radioactives des matières ou de leurs emballages. Il s'agit des risques de contamination, d'irradiation, d'émission de chaleur et enfin de criticité. Ce dernier phénoméne se produit lorsqu'une quantité suffisante de matières fissiles se trouve placée dans un espace réduit pour favoriser le déclenchement d'une réaction en chaîne. Il en résulte une production accrue de rayonnement et de chaleur.
    Au niveau international, l'organisation des Nations Unies a crée un organisme, le Conseil Economique et Social (ECOSOC), chargé des problémes posés par le transport des matières radioactives. Ce conseil supervise les travaux d'un Comité d'Experts sur l'emballage des marchandises dangereuses. Ce Comité émet des recommandations qui, bien que n'ayant pas force obligatoire, ont été universellemnt acceptées. Ces recommandations servent de base aux réglements des divers modes de transport.

    Programme Nucléaire Marocain

    Au Maroc, le Programme Nucléaire est essentiellement axé sur des études de faisabilité et de choix de site de la première centrale Electro-Nucléaire. Les résultats de ces études montreront notamment la taille et la filière du réacteur à choisir ainsi que de la date de son introduction au réseau électrique national de l'Office National de l'Electricité (ONE). Ce programme porte également sur la création depuis 1986 du Centre National de l'Energie des Sciences et des Techniques Nucléaires "CNESTEN" et l'implantation en son sein d'un Réacteur de Recherche.

    Par ailleurs, des projets de textes réglementaires ont été élaborés avec le concours de tous les Départements concernés (Santé Publique, Intérieur, Environnement, Finances, Transports, Affaires Etrangères...) et de l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) par le biais de nombreuses missions d'experts. Le réglement de l'AIEA a été conçu de façon à assurer la prévention et la protection contre les risques de contamination, d'irradiation, de chaleur et de criticité. Le principe fondamental en la matière est que la sécurité pendant le transport incombe à l'expéditeur.

    On peut citer le projet de Décret sur le transport des matières radioactives, le projet de décret relatif à la radio-protection, le projet de décret sur le contrôle et l'autorisation des installations nucléaires, le projet de décret portant création du Conseil National de l'Energie Nucléaire, le projet de loi sur la Responsabilité Civile en cas de dommages nucléaires...
    Concernant particulièrement le projet de décret relatif au transport des matières radioactives, le texte fixe sur la base des normes fondamentales de radioprotection contre les rayonnements ionisants, les prescriptions techniques et administratives visant à garantir la sécurité des tarnsports des matières radioactives. Et cela aussi bien dans les conditions normales qu'en cas d'incidents ou accidents graves. A cet effet, ce projet de décret énonce notamment des prescripions administratives portant sur la responsabilité de l'expéditeur, celle du transporteur, les procédures avant toute opération de transport ainsi que les compétences des autorités nationales compétentes en matières de contrôle, d'inspection et de la délivrance des autorisations nécessaires.

    Meriem OUDGHIRI

    Emballage: les tests

    Chaque catégorie de marchandises dangereuses fait l'objet d'instructions d'emballages très spécifiques. La première des conditions générales d'emballage citées dans les recommandations de l'ONU affirme que "les marchandises dangereuses doivent être emballées dans des récipients de bonne qualité qui doivent être fabriqués et fermés de façon à éviter, toute déperdition du contenu". L'emballage joue donc un rôle vital lors du transport.
    Ainsi, les recommandations classent les matières dangereuses à des fins d'emballage en trois groupes en fonction du degré de danger qu'elles représentent:
    - Groupe I: très dangereux
    - Groupe II: moyennement dangereux
    - Groupe III: peu dangereux.
    Un emballage conforme aux règlements doit subir avec succès une série de tests vérifiant sa qualité. Les épreuves de résistance obligatoires à effectuer sur les emballages sont au nombre de quatre. La première, l'épreuve de chute, s'effectue au moyen d'une trappe ou crochet conditionnement 24h avant épreuve. Suivant la nature des marchandises à transporter et le risque qu'elles représentent, la sévérité des tests variera:
    - Groupe I: 1,80m
    - Groupe II: 1,20m
    - Groupe III: 0,80m
    La seconde épreuve, l'empilage, est réalisée avec une presse statique ou presse dynamique avec un dispositif de charge constante. Pour les emballages plastiques, elle ne peut être effectuée qu'après une durée de 28 jours à plus de 40°C. L'étanchéité à l'air, troisième épreuve, est réalisée au moyen d'une source d'air (air comprimé) et d'une cuve à eau pour mettre en évidence les fuites. Enfin, la quatrième épreuve, la pression hydraulique, s'effectue à l'aide d'une pompe hydraulique et d'un dispositif de mesurage de la pression. D'autres essais chimiques et de compatibilité chimique sont prévus dans les règlements, notamment les épreuves de résistance des colis à l'action d'agents chimiques (cas des emballages plastiques).

    Les recommandations

    La journée nationale sur le transport des matières dangereuses a permis de formuler certaines recommandations.
    - Considérant le rôle important de l'emballage dans la sécurité du transport des matières dangereuses;
    - considérant la participation du facteur humain à plus de 60% dans les causes d'accidents;
    - considérant l'acuité des problèmes posés pour la coordination de transport des marchandises dangereuses;
    - considérant l'adhésion du Maroc à la législation internationale de transport des marchandises dangereuses;
    - considérant l'intervention de plusieurs départements ministériels et plusieurs organismes dans ce domaine;
    - étant donné que l'Institut Marocain d'Essais et de Conseils "IMEC" dispose de laboratoires spécialisés dotés de personnel qualifié et d'équipements appropriés.

    Recommande:
    1- Constituer, sous l'égide du Premier Ministre dans les meilleurs délais, un comité consultatif sur le transport des matières dangereuses réunissant: administrations, organismes intéressés et l'Institut Marocain d'Essais et de Conseils "IMEC" qui est disposé d'en accueillir le siège et d'en assurer le secrétariat.
    2- Activer la mise en place juridique des prescriptions des législations internationales pour les rendre applicables sur le territoire national.
    3- Organiser une sensibilisation du public par:
    * l'introduction des modules de formation au niveau du primaire, secondaire et supérieur;
    * la vulgarisation par les masses-médias avec des images sur les accidents de transport des marchandises dangereuses.
    4- Activer l'agrément de l'IMEC par toutes les instances concernées par le domaine et de le désigner comme organisme certificateur en la matière.
    5. Considérer l'IMEC comme Centre National d'Information et de Formation par des stages de recyclage.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc