×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: «Gérons la conjoncture sans ralentir les chantiers»

Par L'Economiste | Edition N°:1555 Le 07/07/2003 | Partager

. La nouvelle approche privilégie un marketing moderne et plus agressif. Mais le plus gros du travail sera de synchroniser toutes les actions. Adil Douiri expose à la CFCIM sa stratégie«Où en sommes-nous dans la vision 2010?» La question tombe à point nommé et a fait l'objet d'une conférence à la CFCIM (Chambre française de Commerce et d'Industrie), animée par Adil Douiri, ministre du Tourisme, le 3 juillet. L'intérêt étant de mesurer l'impact des effets négatifs sur le secteur générés par la guerre en Irak et les événements tragiques du 16 mai. A l'échelle mondiale, le contexte actuel interpelle à des réajustements permanents, indique le ministre. Et l'un des défis majeurs du département de tutelle est «de gérer la conjoncture sans ralentir les chantiers structurels». Parmi ces derniers, le développement de la capacité d'hébergement constitue la colonne vertébrale. «Pour tripler le nombre de touristes, il faut en premier lieu tripler celui des lits», rappelle Douiri. Ce qui permettra la création d'environ 500.000 emplois, dont 80.000 dans l'hôtellerie et plus de 400.000 emplois indirects.L'aérien fait aussi partie des priorités. A ce niveau, même objectif, tripler le nombre de sièges. La carte du ciel, à savoir la feuille de route qui tiendra compte de la desserte des lignes prioritaires, concoctée en partenariat avec le département du Transport, devra être prête vers fin juillet. Cette carte prendra aussi en compte la capacité d'hébergement accompagnée de tarifs compétitifs en fonction des cibles visées. L'objectif est d'arriver à moyen terme à élaborer une stratégie cohérente de libéralisation de l'aérien, indique le ministre. Bien entendu en respectant le modèle de développement de la RAM et ses impératifs financiers, ajoute-t-il. Dans le pipe également de l'aérien, la gestion d'urgence avec des lignes additionnelles prioritaires.. Traiter le rhumeLe quatrième chantier et non des moindres est relatif au marketing et à la force de vente du produit Maroc. Ainsi, la nouvelle approche privilégie un marketing moderne et plus agressif. «Le produit Maroc devrait être placé en tête de gondole», selon l'expression de Douiri. Mais l'essentiel, pour lui, est la synchronisation des actions. Dès ce semestre, l'ONMT qui «devrait traiter le rhume plutôt que de continuer à développer les chantiers» deviendra plus actif avec les TO, annonce le ministre. Dans le même ordre d'idées, des conventions sont en cours de signature entre l'Etat et ces opérateurs étrangers. Par ailleurs, le tourisme n'est pas une machine qui marche toute seule. Elle a besoin de tout un environnement mis à niveau. C'est ainsi un chantier global et multisectoriel où professionnels et pouvoirs publics sont invités à collaborer, à travers notamment des animations, des prestations, la qualité de l'accueil... Parmi les actions programmées, figure l'opération Focus 2003 pour améliorer l'accueil des touristes dans les aéroports.Toujours dans la stratégie, un programme d'aménagement de produits de niche sera lancé dans les prochains jours. Il s'agit d'un concept avec une thématique et des petites retombées économiques dans les régions (la pêche sportive à Dakhla par exemple).Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc