×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Tourisme en Septembre 1992 : Le nombre des entrées continue de se redresser lentement

Par L'Economiste | Edition N°:52 Le 05/11/1992 | Partager

Le comportement des entrées touristiques de Septembre dénote une tendance, encore ténue, de retour à une situation plus classique que celle des deux dernières années.

Précaution d'observations

En observant les données, il faut garder à l'esprit que “l'effet guerre du Golfe” change de sens en Septembre.

En effet, durant les onze derniers mois, il fallait se référer à la situation de l'année 1990, et relativiser la référence à l'année 1991, pour porter une évaluation fiable des comportements,

En revanche, à partir de Septembre, il faut recommencer à ce référer à l'année dernière: les impacts psychologiques s'étaient atténués, alors que c'est en Septembre 1990 que la crise du Golfe avait commencé à perturber les relations internationales, donc les voyages des personnes.

L'Europe: prés d'un tiers en plus

Ces précautions prises, l'observation des entrées touristiques de Septembre 1992 montre une hausse globale de 31,3% des arrivées en provenance des marchés non-maghrébins, ceux qui intéressent le plus les professionnels du secteur.

Compte tenu des touristes d'origine maghrébine, la croissance est négligeable, plus 0,5% seulement. C'est évidemment la baisse du nombre de visiteurs algériens qui est à l'origine de la baisse maghrébine.

Le nombre d'entrées est revenu au niveau de Septembre 1990, et se situe à 35.000 personnes de moins qu'en Septembre 1991. La baisse devrait se transformer en effondrement: l'accord pour les couvertures d'assurances est suspendu et le gouvernement algérien place des entraves aux déplacements de ses résidents, spécialement vers le Maroc et la Tunisie. Au Maroc, c'est davantage le commerce que les services touristiques qui en souffrent.

France: pas encore le niveau normal mais ça va mieux

Les entrées de touristes en provenance des marchés européens se redressent vivement: plus 36% par rapport à Septembre 1991 et plus 24,4 % par rapport au même mois de l'année précédente.

Le redressement vient d'Espagne (25.000 personnes et plus 19,4% par rapport à Septembre 1991) qui reste, pour la deuxième fois consécutive, le deuxième marché émetteur, devant l'Allemagne.

Le marché français n'a pas encore retrouvé son niveau ordinaire pour un mois de Septembre, en nombre de visiteurs (-0,5% par rapport à Septembre 1990), mais il est fait remarquer que par rapport à Septembre 1991, la progression est forte: plus 37,6% avec 31.900 entrées. Elles constituent un peu moins du tiers des entrées en provenance d'Europe.

Le marché allemand reste versatile: 15.000 personnes en Septembre 1990, près de 10.000 l'année suivante et un peu plus de 20.000 pour ce dernier Septembre.

Sur les quelque 300.000 personnes qui sont entrées au Maroc en tant que touristes durant le mois de Septembre 1992, moins de la moitié viennent de pays non-maghrébins (135.334).

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc