×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Assainissement à la FNAVM

Par L'Economiste | Edition N°:535 Le 23/06/1999 | Partager

· Les caisses sont vides

· Aucune requête des yoyagistes n'a abouti dans la Loi de Finances


Le nouveau Bureau de la Fédération des Agences de Voyages du Maroc (FNAVM), sous la présidence de M. Othmane Chérif Alami (Atlas Voyages), a fait sa première sortie avant-hier, mardi 22 juin. La priorité des priorités de la nouvelle équipe est d'accélérer le processus d'assainissement de la Fédération et ce, en six mois (le temps de terminer le mandat actuel). Première urgence, renflouer les caisses de la Fédération qui se trouvent dans une situation financière difficile. Plusieurs associations régionales (y compris Casablanca, la plus grande) avaient gelé leurs cotisations suite au désaccord qui les opposait à l'ancien président. Un consensus a été trouvé. Des associations vont avancer des prêts à la Fédération en attendant le règlement des arriérés. "Nous souhaitons étoffer la Fédération via une gestion administrative saine", souligne M. Alami qui, sans incriminer l'ex-président, reconnaît des lacunes dans le management du dernier Bureau.
A rappeler que la FNAVM avait destitué son président, M. Amal Meddoune, lors d'une réunion d'urgence tenue le 29 mai dernier. Motif: manque de crédibilité de M. Meddoune. Du reste, les membres de la Fédération lui reprochaient son absence dans les discussions avec le gouvernement sur les dispositions du projet de la Loi de Finances qui concernent les voyagistes. Pour le reste, quatre commissions qui seront autonomes ont été créées: la première s'occupe des questions fiscales et contact avec le Parlement et Administration, la deuxième de la communication, la commission Produit et la dernière est en charge des Affaires Juridiques. La commission fiscale a du pain sur la planche. En premier lieu, l'interprétation de la loi fiscale relative aux voyagistes. Si les hôteliers ont réussi à passer l'exonération sous condition du chiffre d'affaires réalisé en devises, les agents de voyages n'ont rien obtenu. "En attendant la prochaine Loi de Finances, nous souhaitons être éclairés sur plusieurs textes, car il y a une confusion dans la lecture fiscale des agents de voyages", indique M. Mohamed Fennich, président de la commission fiscale.

Dans le collimateur des agents de voyages, le principe de l'application de la taxe sur la valeur ajoutée. En qualité d'exportateurs de services, les prestations qu'ils vendent aux tours opérateurs étrangers devraient logiquement être exemptées de TVA. Mais la doctrine fiscale, elle, est d'un avis différent. Même si les prestations sont facturées en devises, elles sont consommées sur le territoire national.
Autre ambiguïté, dénoncent les voyagistes, la partie billetterie. Les billets à l'international achetés directement aux guichets de compagnies sont exemptés de TVA et ce, conformément aux accords internationaux. Le même billet acheté auprès d'une agence est certes acquis hors-taxes, mais les voyagistes doivent débourser 20% de TVA sur la commission de 9% qu'ils perçoivent.
La commission accorde la priorité à ces deux points (TVA et IS) et compte rencontrer plusieurs responsables dans les jours qui viennent pour trouver des solutions.


Badra BERRISSOULE







  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc