×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Textile: Le «made in euromed» a le vent en poupe

Par L'Economiste | Edition N°:2227 Le 06/03/2006 | Partager

. Le salut ne passera pas par le produit fini, mais par le design. La Chine ne donne plus de sueurs froides. Entreprises, n’oubliez pas la mise à niveau Gros succès pour le road-show du Plan Emergence textile. Axée sur le thème «modernisation compétitivité», la tournée, qui a pris fin le 3 mars, avait pour priorité d’éclairer la lanterne des opérateurs en matière d’outils d’accompagnement pour la mise à niveau. Et aussi, de révéler la nouvelle tournure prise par la demande mondiale en matière de textile-habillement (TH). Histoire de se mettre au diapason. Un point sur lequel, insiste vivement Karim Tazi, le président de l’Amith. Pour lui, les symptômes communs de la quasi-majorité des entreprises TH demeurent la baisse des prix (et laminage des marges) et la visibilité de plus en plus incertaine. «Il était urgent de mettre en relation les organismes de financement et d’appui et les entreprises marocaines du TH pour engager ces dernières dans le processus de modernisation compétitive», dit-il. «Nous sommes convaincus de la nécessité de la mise à niveau et de compétitivité», a noté Tazi. «Les textiliens vivent dans un environnement concurrentiel et ont besoin d’un accompagnement», a souligné, pour sa part, Latifa Echihabi, DG de l’ANPME, qui ne comprend pas pourquoi les PME ne s’intéressent pas davantage à ces mesures «salvatrices». Selon elle, bien qu’une multitude de projets, de fonds, et d’instruments soient mis au service de l’entreprise, «l’accompagnement n’a touché que 20% du secteur». A qui la faute? D’ailleurs, au cours du road-show, les secondes parties des journées ont été consacrées à des explications pratiques concernant le financement des entreprises, la présentation des structures et organismes d’appui, des témoignages et des rencontres individuelles. Par ailleurs, le contexte international a également passionné les débats. Pour Gildas Minvielle, responsable de l’observatoire économique de l’Institut français de la mode (IFM), l’impact de la Chine sur le monde n’est pas aussi désastreux que l’on s’y attendait. Certes, les importations de l’UE en provenance de Chine ont augmenté (+ 42% dans les produits tissés et +57% dans la maille en 2005) au détriment de ses fournisseurs traditionnels (Peco’s, pays du bassin méditerranéen...). Mais, l’UE a tout fait pour instaurer de nouveaux quotas sur des produits sensibles pour deux ans. Au milieu de ces titans, le Maroc a tout de même fait figure honorable, en se classant au 7e rang des fournisseurs. Et cela bien que la part du Royaume dans les importations d’habillement de l’UE était de -12% au 1er semestre 2005/2004 et de -8 % de janvier à novembre 2005/2004. Toutefois, sa part dans les importations d’habillement de l’UE à 25 est estimée à 2,227 milliards d’euros.Et encore, le Maroc pourrait en avoir beaucoup plus, si l’on en croit les propos d’Evelyne Chaballier, experte de l’IFM (voir aussi page 5) surtout que le «made in euromed» a le vent en poupe. Pour elle, le marché européen consomme près de 271 milliards d’euros (TTC) en produits d’habillement dont 70% sont fabriqués en Europe. Le Maroc pourrait grappiller entre 10 et 15% de ce marché, ce qui porterait ses perspectives de 4 à 6 milliards d’euros. La Chine ne fait plus peur, elle-même se délocalise en Inde. La flambée des prix pétrole n’arrange pas ces géants qui voient de facto leurs charges s’alourdir. Le temps de réactivité, par définition, est beaucoup plus long (éloignement et séries longues). Tout cela pour dire que de nombreuses opportunités existent encore pour les autres fournisseurs de l’Europe. Le premier baromètre à prendre en compte, ce sont les attentes des consommateurs qui ont un regain d’appétit pour la mode. Les 11-20 ans qui veulent se «saper» mode à petit prix, les baby-boomers qui comptent sur la mode pour les rendre plus beaux et les alter-consommateurs qui ont besoin d’éthique et de design. Tous fous de mode.Second indicateur, tout aussi important, les circuits de distribution. Si aujourd’hui encore les chaînes de magasins (Zara, Mango, H&M…) tiennent encore le haut du pavé, elles ne tarderont peut-être pas à se faire détrôner par les hard-discounters. Entendez par là, des magasins en périphérie avec peu de personnel et qui mettent en vrac dans des bacs des produits très «cheap» from Asia certainement, à des prix dérisoires. Entre les deux, les grands magasins, les indépendants, les grandes surfaces ou encore les magasins populaires, sont promis, en fonction des pays, à des destinées différentes. Pour répondre à ces multiples attentes, l’entreprise doit s’engager dans de multiples voies tant sociales (respect des hommes, du code du travail, commerce éthique…) qu’environnementales (entreprise propre, bio, recyclage…). Pour Chaballier, l’entreprise ne doit pas oublier non plus que la «religion» produit fini n’est pas forcément la meilleure. Aux Etats-Unis, on ne parle que cotraitance. En Europe, on maintient le double sourcing et on constate une baisse drastique des produits finis au profit des produits «designés». A force de produits finis, les enseignes ont peur de perdre leur identité.


Perspectives 2006-2007

-China + 1: La réintroduction des quotas a conduit les donneurs d’ordre à chercher des sources alternatives de sourcing. -Les fournisseurs chinois ont relocalisé leur production dans les pays voisins.-L’outsider indien: au plan démographique la Chine sera dépassée par l’Inde d’ici trente ans.-En Chine, dans vingt-cinq ans, la part des 65 ans et plus devrait atteindre 16 % de la population, contre 8 % aujourd’hui. -Les pays méditerranéens doivent profiter de ce sursis de deux ans. Radia LAHLOU & Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc