×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Tata Steel: offre d’achat ferme à Corus ce week-end

Par L'Economiste | Edition N°:2387 Le 20/10/2006 | Partager

. Le groupe relève sa proposition de 6,03 milliards d’eurosLe sidérurgiste indien Tata Steel devait faire ce vendredi son offre d’achat ferme à l’anglo-néerlandais Corus à un prix supérieur à sa proposition de quelque 6 milliards d’euros faite cette semaine, indique la presse économique indienne. Tata Steel devrait «probablement» présenter une offre d’achat «ferme» de Corus en relevant le prix qu’il a proposé mardi (455 pence par action, environ 60 milliards de dirhams), indique le quotidien Business Standard. “Tout dépend d’une prochaine réunion du conseil d’administration de Corus. La balle est dans leur camp”, a commenté une source proche du dossier. Tata Steel et Corus ont annoncé être en discussions pour une proposition d’achat amicale en liquide de 100% du groupe anglo-néerlandais par l’aciériste indien. Cette offre “indicative” valorise Corus à 6,03 milliards d’euros et à 7,99 milliards d’euros, si l’on prend en compte la dette du neuvième sidérurgiste mondial. Tata Steel serait prêt maintenant à offrir un prix plus alléchant en raison de rumeurs de contre-offres des sidérurgistes russes Severstal et Novolipetsk, voire du géant Arcelor-Mittal, poursuit le Business Standard. Si un accord devait être annoncé vendredi, Corus pourrait fusionner avec une holding détenue à 100% par le conglomérat Tata et basée hors de Grande-Bretagne pour des raisons réglementaires, indique de son côté le journal The Economic Times. Corus produit 18 millions de tonnes d’acier chaque année. Tata Steel, 56e mondial, en fabrique 5,5 millions de tonnes. Si Tata Steel achète Corus, il se hissera parmi les dix premiers sidérurgistes du monde en termes de capacité de production. Mais l’agence de notation Standard and Poor’s a placé mercredi sous surveillance négative la note de la dette à long terme “BBB” de Tata Steel, s’inquiétant des risques d’affaiblissement financier de la société en cas d’acquisition en liquide de près de 8 milliards d’euros.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareaction[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc