×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Sommet de chefs d’Etat contre le sida

Par L'Economiste | Edition N°:2268 Le 04/05/2006 | Partager

. Au menu également: paludisme et tuberculoseL’UNION Africaine (UA) organise, le 4 mai à Abuja, un sommet de chefs d’Etat africains pour renforcer la lutte contre la pandémie du sida sur le continent durement frappé par le virus VIH mais aussi par le paludisme et la tuberculose.«Pour la première fois, une évaluation des engagements pris depuis 2001, établie sur les recherches que nous avons menées, sera présentée aux chefs d’Etat pour voir dans quelle mesure les résolutions ont été appliquées», a expliqué à l’AFP Abdoul Dieng, conseiller régional pour l’Onusida. «Il faut réviser les objectifs fixés, notamment dans le cadre de la problématique de l’accès universel aux soins», a-t-il ajouté.Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et l’Onusida sont partenaires de ce sommet. L’Afrique compte un peu plus d’un 10e de la population mondiale mais 60% des personnes vivant avec le VIH. Ce sommet, organisé à l’initiative du président nigérian Olusegun Obasanjo, «doit permettre aux dirigeants africains de réaffirmer leur engagement à lutter contre ces maladies et réaliser les objectifs définis par les Déclarations d’Abuja en 2000 et 2001, et ceux du Millénaire fixés par l’Onu», selon le ministre nigérian de la Santé, Eyitayo Lambo.«Ce sommet est axé sur le thème de l’accès universel aux soins du VIH, de la tuberculose et du paludisme par une Afrique unie d’ici à 2010, et passera en revue le niveau d’entrée en vigueur de la déclaration de 2000 sur la lutte contre le paludisme et celle de 2001 contre le sida, la tuberculose et les autres maladies liées» à la pandémie, a-t-il expliqué.Ces maladies «restent les trois causes majeures de mortalité en Afrique et constituent une menace pour le développement socioéconomique et humain du continent», estime l’UA dans un communiqué présentant le Sommet.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc