×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Euronext se retire de la course au rachat du LSE

Par L'Economiste | Edition N°:2268 Le 04/05/2006 | Partager

. Nasdaq acquiert 15% du capital de la Bourse de Londres Le groupe boursier paneuropéen Euronext a jeté l’éponge, le 3 mai, dans la course au rachat de la Bourse de Londres après l’entrée en force dans le capital du London Stock Exchange (LSE) de l’américain Nasdaq.Euronext, opérateur des places de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, a annoncé qu’il renonçait à son projet de fusion avec le LSE. Pour expliquer sa décision, il a clairement invoqué «l’acquisition par le Nasdaq d’une part de 15%» dans la Bourse de Londres. Parallèlement, le groupe a indiqué «poursuivre des discussions actives avec Deutsche Börse, l’opérateur de la Bourse de Francfort, et d’autres parties». Le but est d’identifier la transaction disponible la plus attractive et la plus créatrice de valeur. L’annonce d’Euronext n’a pas surpris les observateurs. «Avec l’entrée dans le capital du LSE du Nasdaq, il était clairement devenu difficile pour Euronext de prendre le contrôle du LSE sans entrer dans une bataille de surenchère avec le Nasdaq», commente Elie Darwish, analyste chez Exane BNP Paribas. La Bourse électronique américaine a en effet frappé un grand coup en avril en achetant 14,99% du capital du LSE pour 1.175 pence par action. De son côté, Euronext ne s’est jamais risqué à faire une offre formelle mais les analystes étaient nombreux à estimer qu’il serait prudent de ne pas dépasser les 800 pence. L’annonce d’Euronext confirme par ailleurs l’influence des actionnaires, notamment les fonds anglo-saxons, qui ont rapidement affiché leur réticence, vis-à-vis d’une possible fusion Euronext/LSE, et continuent de plaider pour un rapprochement avec Deutsche Börse. Craignant une hausse des tarifs dans la foulée d’une éventuelle consolidation du paysage boursier européen, les grandes banques actionnaires d’Euronext se sont alliées ce printemps en signant un pacte. Tandis que le Medef, Paris Europlace et l’Association française des entreprises privées lançaient un appel à la Commission européenne pour qu’elle «joue un rôle central» dans l’encadrement d’une éventuelle consolidation.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareacti[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc