×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Repères politiques

    Par L'Economiste | Edition N°:301 Le 23/10/1997 | Partager

    · Le mandat du MINURSO prolongé jusqu'au 20 avril
    Le Conseil de Sécurité de l'ONU a décidé à l'unanimité de prolonger de six mois le mandat de la force des Nations Unies (MINURSO) jusqu'au 20 avril prochain afin de préparer l'organisation du référendum au Sahara. Le Conseil a demandé au secrétaire général de l'ONU de commencer à identifier les personnes habilitées à participer au référendum, conformément au plan de règlement et aux accords conclus afin que le processus puisse s'acheminer d'ici au 31 mai 1998. M. Kofi Annan est également chargé de présenter un rapport tous les deux mois sur l'application du plan de règlement.

    · Les modalités de l'élection de la Chambre des Conseillers
    La classe politique et les syndicats sont fixés sur la dernière échéance qui doit clore le dispositif: l'élection des membres de la Chambre des Conseillers aura lieu vendredi 5 décembre 1997. Selon l'article 6 de la loi organique relative à la Chambre des Conseillers, l'élection aura lieu au scrutin de liste à la représentation proportionnelle selon le système du plus fort reste. Toutefois, l'élection a lieu au scrutin uninominal à la majorité relative à un tour au cas où un seul électeur est à élire dans le cadre d'un collège électoral.
    Le dépôt de candidature doit intervenir entre les 21 et 27 novembre prochain. Quant à la campagne électorale, elle débutera le 28 novembre et devra prendre fin le 4 décembre, veille du scrutin.

    · La CDT applique son ultimatum
    «Le gouvernement n'a pas respecté le seuil minimum des revendications contenues dans la déclaration commune». Tel est le constat fait par le Bureau exécutif de la Confédération Démocratique du Travail (CDT) lors de la réunion de la Commission administrative le 21 octobre. Aussi la CDT a-t-elle décidé de passer à l'action. Le délai d'une semaine accordé par le syndicat le 15 octobre au Premier ministre étant venu à échéance, la centrale syndicale dirigée par M. Mohamed Noubir Amaoui a appelé ses troupes à observer une grève générale pour le 29 octobre. Dans un communiqué rendu public à l'issue de la réunion de la Commission administrative, la centrale fustige un «gouvernement protecteur des employeurs qui se dressent contre les droits syndicaux et des travailleurs». Par cette action nationale, la CDT exprime son désaveu de «l'implication du gouvernement dans les élections des représentants des salariés, en se rangeant de manière manifeste du côté de ses syndicats». Non satisfaite donc des résultats des élections, la CDT aura une occasion de montrer son poids réel.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc