×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Rabat: L’opposition conteste le budget des arrondissements

Par L'Economiste | Edition N°:3352 Le 01/09/2010 | Partager

. Des conseillers de la majorité changent de camp. Oualalou en mauvaise postureLa dernière session du conseil de la ville de Rabat, clôturée la semaine dernière, a été un test sérieux pour Fathallah Oualalou, le maire de la capitale. Le débat et le vote ont permis de constater les premiers signes de fragilisation du consensus qui a marqué jusqu’à présent le mandat du maire socialiste. Depuis son élection, il a adopté une stratégie visant l’implication de l’opposition formée du Parti authenticité et modernité (PAM) et celui du Mouvement populaire (MP) dans la gestion des affaires de la ville. Ainsi, 4 élus de ces deux organisations ont été cooptés par le bureau du conseil de la ville. Rappelons que la majorité est formée par plusieurs organisations avec un noyau dur composé du Parti de la justice et du développement (PJD) avec 19 conseillers et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) représentée par 6 élus. Contrairement aux sessions précédentes, cette dernière a été marquée par un changement de ton dans les interventions des conseillers de l’opposition lors du débat sur certains points de l’ordre du jour. Ils ne se limitent pas uniquement à la critique, mais s’abstiennent aussi de voter. Ce fut le cas pour le point se rapportant à la répartition des dotations budgétaires accordées aux arrondissements. «La position des partis du PAM et du MP n’a pas de fondements objectifs», précise un membre de la majorité. «C’est une dotation réglementée dont le calcul se fait en fonction du nombre d’habitants par arrondissement», explique-t-il. Et d’ajouter qu’il s’agit d’un dossier qu’il ne convient pas d’exploiter pour faire passer des positions politiques. Pour 2011, l’équipe Oualalou a proposé 4,74 DH par personne. Mais pour apaiser l’opposition en vue de sauvegarder l’esprit du consensus, le maire a augmenté ce ratio pour atteindre 6,5 DH par habitant. Ce qui a permis de faire passer la dotation globale pour les 5 arrondissements de la ville à près de 23 millions de DH contre 21,8 millions de DH initialement proposés. «Il ne faut pas oublier de signaler qu’avec l’arrivée de Oualalou, le montant de cette dotation a atteint 21,3 millions de DH en 2010 contre 9,6 millions de DH en 2009», rappelle le conseiller de la majorité. «Il est aberrant que le montant de dotation d’animation d’un arrondissement soit équivalent à celui accordé par la commune à une association culturelle de la capitale», renchérit un élu de l’opposition. «En nous abstenant, on veut interpeller Oualalou sur le laxisme constaté ces derniers mois dans la gestion des affaires de la ville», précise un conseiller et responsable du MP. Avant d’ajouter, «le maire, que nous respectons, devrait impliquer effectivement l’opposition dans les prises de décision et ne pas nous considérer uniquement comme une machine de vote en faveur du conseil». Cette mise en garde devrait être prise au sérieux par le maire socialiste à un moment où les rangs de l’opposition se renforcent. On apprend que trois conseillers de la majorité appartenant au Rassemblement national des indépendants (RNI) ont regagné le MP. Parmi eux figure un vice-président du conseil de la ville considéré comme le bras droit de Oualalou.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc