×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Essaouira/Tourisme
Les opérateurs invités à accompagner la Vision 2020

Par L'Economiste | Edition N°:3352 Le 01/09/2010 | Partager

. Grande opération de mobilisation déclenchée. Le Conseil provincial du tourisme bientôt restructuré. La 2e édition de l’Académie des experts du Maroc en octobre Instaurer un cadre d’échange et de concertation entre les opérateurs du tourisme et les autorités locales. C’est l’objectif d’une rencontre qui s’est déroulée récemment à Essaouira. Environ 200 personnes y ont pris part, parmi lesquelles des propriétaires et gestionnaires d’établissements d’hébergement, des restaurateurs, des directeurs d’agences de voyages, des clubs de surf, des sociétés de transport… «L’objectif est d’instaurer un cadre de concertation permanent et structurant, afin de mobiliser de manière optimale tous les efforts visant à consolider et à développer davantage le secteur du tourisme et permettre à tous les intervenants d’élaborer des stratégies et des plans d’action favorisant l’accompagnement de la Vision 2020 dans un cadre institutionnel dynamique», indique Nabil Kharroubi, gouverneur de la province d’Essaouira. D’autres manifestations, du même genre, devront donc faire suite à cette première réunion. A l’ordre du jour de l’événement, d’abord, l’organisation de la deuxième édition de l’Académie des experts du Maroc qui se déroulera en octobre prochain. «L’organisation de cette deuxième édition sera l’occasion de démontrer que la destination d’Essaouira est en mesure de relever ce défi et de se positionner sur l’échiquier des destinations touristiques phares du Maroc», soulignent les autorités locales. Mais d’autres questions liées au développement du tourisme ont également été abordées lors de cette session. L’état d’avancement de plusieurs projets structurants a notamment été établi, tels l’achèvement de la voie express entre Chichaoua et Essaouira, la réalisation de la ceinture verte qui contient un espace de promenade et de divertissement, la protection des berges et rivages de l’oued Lksob des inondations et des crues, la construction de deux complexes socio-culturels polyvalents, ainsi que plusieurs questions liées à l’urbanisme. Enfin, la restructuration du Conseil provincial du tourisme (CPT) a clôturé la réunion. «Il est urgent de procéder à la restructuration des activités touristiques, notamment celle du CPT, afin de lui insuffler une dynamique nouvelle qui intègre la participation et l’engagement de tous les opérateurs concernés», poursuit Nabil Kharroubi. Une prochaine session est prévue mi-septembre pour mettre en place cette nouvelle instance.


Urgence

Cette initiative des autorités locales est tombée à pic, quand on sait que de nombreux hôteliers se plaignent d’une déficience d’infrastructures à Essaouira. La ville manque d’animations touristiques, comme un casino, un port de plaisance ou encore des discothèques… Il est également urgent de mettre à niveau le tissu urbain, de résoudre les problèmes d’assainissement, de remettre les routes en état. Enfin, les problèmes liés à l’environnement (gestion des déchets, pollution aux alentours de l’Oued Lksob…) sont persistants. L’autre grand frein actuel au décollage de la destination, c’est l’enclavement d’Essaouira. Avec les travaux de la voie express Chichaoua-Essaouira et la mise en service de la nouvelle autoroute Marrakech-Agadir, la cité des Alizés se trouve plus enclavée que jamais. Les attentes sont également grandes du côté de l’aérien. Le nouvel aéroport, récemment inauguré, doit drainer d’autres compagnies que Royal Air Maroc, et particulièrement des compagnies low cost. Rappelons que RAM ne propose que des vols de Paris ou de Casablanca et qu’ils sont jugés assez chers. Pour atteindre Essaouira, il est actuellement bien plus intéressant de passer par Marrakech, ou éventuellement par Agadir ou même Casablanca!De notre correspondante,Marie-Noëlle Rasson

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc