×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    "Unveiled" en tournage à Marrakech" : De l'organisation et des sponsors pour relancer l'activité cinématographique

    Par L'Economiste | Edition N°:50 Le 22/10/1992 | Partager

    Les productions étrangères ont fui le Maroc après la guerre du Golfe. L'activité cinématographique pourrait renaître grâce à une co-production maroco-américaine, alliant professionnalisme et débrouillardise locale.

     UNVEILED", première co-production maroco-américaine dans l'histoire du cinéma, sortira dans quelques mois sur les écrans. Cocktail de suspense, de romantisme et d'aventure, c'est aussi un film intimiste -avec peu d'acteurs-sur Marrakech et son âme.
    Jérôme Cohen-Olivar, directeur des deux productions, Olivar Production L.A. aux USA et Olivar Films Casablanca au Maroc, associé à Albert et Said Bencherki, est à l'origine de ce thriller remastique, dont 80% des scènes sont tournées à Marrakech. Essaouira et Los Angeles se partageant les quelques autres scènes. Le C.C.M (Centre Cinématographique Marocain) s'est lui-même associé au projet, représenté par Souhail Benbarka.
    En quelques mots, le scénario: une Américaine, Stéphanie, est impliquée dans une affaire de drogue à Los Angeles. Pour échapper au centre de désintoxication où son père veut la placer, elle s'envole rejoindre Helen, sa meilleure amie, à Marrakech. Ses soucis commencent lorsque, peu de jours après son arrivée, Helen est kidnappée. Les soupçons se portent sur un homme dont Stéphanie s'éprend. La CIA règle ses comptes... Seule la dernière scène livre les clefs de l'énigme.
    Depuis deux semaines, le tournage a commencé à Marrakech dans une ambiance explosive de bonne humeur et de fair-play. Lorsque les membres de l'équipe américaine ont débarqué à Marrakech, ils se sentaient complètement en vacances. Un dépaysement propre à la ville ocre et à l'accueil de ses habitants. C'est lorsqu'il a fallu commencer le travail que les difficultés techniques et matérielles ont surgi. Pour les Américains, c'était d'abord s'adapter à un monde beaucoup moins cartésien que le leur, mais où la débrouillardise prime. Ils ont été largement rassurés par l'organisation de Danièle Cohen-Olivar, coordinatrice du côté marocain, tandis que Béatrice Sohni et Zoubir Mahi s'affairaient du côté américain. Les sponsors, Royal Air Maroc, Avis, et Brasseries du Maroc, apportent également un soutien indispensable à l'organisation durant toute la durée du tournage.

    Les premières scènes, tournées à l'aéroport - où Stéphanie fait plusieurs escales dans le film, ont nécessité une centaine de figurants marocains, qui se sont pliés avec bonhomie aux exigences et aléas de la caméra.
    Dans la Medina, où le matériel a été transporté sur des charrettes à bras, pour pénétrer au coeur de la vieille ville, les Marocains entraînent une équipe américaine peu rassurée. Et pourtant ils réussissent l'exploit de faire taire une ruelle pour les besoins du tournage! Ross Berryman, cameraman de talent, fait des miracles. Les deux actrices américaines, Liza Zane et Martha Gehman, détendues, jouent les parfaites touristes.
    Sur la place Djamaâ El Fna, sur une centaine de figurants retenus, 250 se sont présentés à la sortie, assurant tous qu'ils avaient participé au tournage! Pour l'équipe marocaine (Moody Hassini, assistant-réalisateur, Hassan Bajja, régisseur,...), l'essentiel était d'apporter au film une image neuve du Maroc, une image authentique d'une ville pleine de charme telle que Marrakech. William Cole, réalisateur américain de 30 ans, assisté par Stuart Lessner, est connu aux USA pour ses films de pub et clips vidéo. Il a compris la démarche. Tombé amoureux de la ville, après une visite de repérage en Mars 92, il semble s'être tiré du piège de l'exotisme bon marché, de l'image du bon touriste complaisant, dont on a souvent affublé le Maroc au cinéma. Les premiers rushs montrent une mise en scène efficace, toute empreinte de sensualité et de finesse.

    C'est à l'hôtel et au casino de La Mamounia, l'hôtel Tichka, dans le Palais de la Bahia, dans les jardins de la Menara que sont tournées ces jours-ci les scènes du film. Les décors sont plantés avec soin, rien n'est laissé au hasard, en ce qui concerne le choix des meubles, des tapis, etc. Stuartt Blatt, décorateur de renom, est assisté de Stéphanie Cohen-Olivar, prête à déceler toute faute de goût et d'authenticité. L'art marocain n'est pas absent du film.
    Sur le plateau de tournage, Aziz, 12 ans, le préféré de l'équipe, circule, à l'aise, entre les nombreux projecteurs et autre matériel. Aziz est un enfant des rues de Marrakech, capable de s'exprimer en 4 ou 5 langues. Il a été recruté pour jouer un personnage essentiel dans le film: "Moon", présent aux côtés de l'héroïne tout au long du film. Un acteur en herbe, un naturel et un sourire émouvants.
    Attendant son tour, très professionnel, Whip Hubley, "agent de la CIA" dans le film, nous apprend qu'il était co-star avec Tom Cruise, dans Top gun, tandis que Nick Chinlund parle d'une voix extraordinairement prenante. Quant à Amidou, invité spécial sur le tournage, toujours affable, il reste rivé à son cigare une bonne partie du temps, sauf quand il tourne!
    Ce qui fait la force d'un tournage comme "Unveiled", c'est la manière dont l'équipe de producteur, techniciens, et acteurs confondus s'impliquent dans un seul but: réussir ensemble le challenge de faire un bon film avec des images vraies et élégantes. Après 14 heures de tournage sur le plateau, les équipes sont de retour au N'Fiss, où elles sont logées deux mois durant. Américains et Marocains partent dîner ensemble, ravis de pouvoir partager leur culture.
    Souhaitons à Unveiled toute la réussite que ses créateurs méritent. On attend la Première, prévue au printemps prochain, au Palais des Congrès de Marrakech.

    Marie-Pascale RAUZIER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc